IrlandeCircuit Irlande, du Kerry au Connemara

A l’extrémité ouest de l’Europe, avec l’immensité de l’Atlantique pour horizon, l’Irlande préserve jalousement les bruyères violacées de ses collines, le vert ardent de ses prairies, la robe argentée de ses saumons, et ses habitants continuent à ne jamais rien prendre au sérieux. Qu’ils en soient, à la fois, félicités et remerciés.

De ses tonneaux de bière rousse à ses ruisseaux d’eau pure, elle conserve intacte sa joyeuse simplicité. Avec un même enthousiasme, elle parle de brochet aux pêcheurs, de whiskey aux viveurs, de Thomas Moore aux rêveurs. Toujours, elle a un mot pour chacun et une émotion pour tous. « Les plus douces mélodies sortent des plus vieux instruments », énonce un proverbe du cru. A la fois nostalgique et dynamique, l’Irlande a le bon goût d’évoluer sans rien oublier. Aujourd’hui, elle qui a tant souffert adore s’amuser. « C’est à l’auberge du village que s’aiguisent les beaux esprits », ironisait Liam O’Flaherty. Dublin découvre le cybercafé. Il n’empêche : en Irlande, le pub demeure sacré. L’île jongle avec les plus anciennes mythologies d’Europe, mais on la connaît, d’abord et toujours, pour sa Guinness. C’est bon signe.

Votre voyage en Irlande

Créons votre voyage

Votre itinéraire

Jour 1 : Dublin

Au-delà des avanies de son histoire, Dublin est devenue une des capitales les plus dynamiques d’Europe. A vocation littéraire, cette ville se lit comme un roman. Ici populaire, là élégante, ailleurs nostalgique ou débridée, elle est d’abord chaleureuse. C’est que les Dublinois demeurent les baladins du monde occidental.

Visite guidée de la ville, de son patrimoine historique : le Trinity College, la prison de Kilmainham, la cathédrale Saint-Patrick et les places géorgiennes.
Découvrez le quartier branché de Temple Bar, l’Old Library, une des plus belles blibliothèques du monde, et bien d’autres points d’intérêt.

Temple Bar, Dublin, Irlande © Leonhard Niederwimmer
Temple Bar, Dublin, Irlande © Leonhard Niederwimmer

Jour 2 : Dublin

Journée libre pour visiter cette cité riche en découvertes. Et il y a tant à faire !

D’autres points forts vous sont proposés, selon vos envies : le National Museum, la National Gallery of Ireland et St. Stephen's Green. Effectuez un itinéraire littéraire empruntant le James Joyce Centre, le Dublin Writers Museum et terminez par une pause méritée dans un des nombreux pubs de la capitale, endroits idéaux pour appréhender l’âme de ses habitants.

Jour 3 : les Jardins du Wicklow

Au plein sud de Dublin, les Wicklow Mountains possèdent le sentier de randonnée le plus célèbre de l’île : la Wicklow Way. Bruyères mauves, fougères vertes et herbes rousses : il décline les couleurs de l’Irlande au fil de 135 km parfaitement balisés, mais dangereux par mauvais temps. Le propret village d’Avoca possède la fabrique de tissage manuel la plus ancienne de l’île : The Hand Weavers, qui date de 1723 (ouvert tlj, vente au public et délicieuse cafétéria !).Le bourg d’Enniskerry est plein de commerces traditionnels, la station de Wicklow de vieilles dames délicieusement bavardes.

Country Wicklow Garden Festival

Mais, le clou du comté, ce sont ses parcs et jardins. Favorisés par la clémence des températures, ils valent au Wicklow le surnom de « Jardin de l’Irlande ». Chaque année, entre la mi-mai et la mi-juin, un festival rend hommage à une cinquantaine d’entre eux, publics et privés. Certains, faciles d’accès, sont vraiment exceptionnels.

Lac de Glendalough, Wicklow, Irlande © Ciarán Ó Muirgheasa
Lac de Glendalough, Wicklow, Irlande © Ciarán Ó Muirgheasa

Ne manquez pas de visiter également  Powerscourt House and Gardens à d'Enniskerry. Powerscourt est l'un des plus beaux jardins d'Europe. Sur 20 ha, plus de 200 variétés de plantes et d’arbres, mais aussi de bassins, de terrasses, de statues, dans le plus pur style du XVIIIe siècle.

Couronnant l’ensemble, une chute d’eau qui tombe de 130 m de hauteur : c’est la plus haute de l’île.

Plus au sud, explorez le site monastique de Glendalough. Les ruines de cet ancien monastère, fondé au VIe siècle par saint Kevin, se mirent dans un lac au milieu des sapins. Il faut y venir de bonne heure, pour apprécier toute la sérénité du lieu.

Jour 4 De Kilkenny à Waterford

Kilkenny n’est rien moins que l’ex-capitale de l’Irlande. Et l’une des plus belles localités de l’île, à fort caractère médiéval.

Monuments religieux comme Black Abbey (Abbey Street), demeures bourgeoises comme Shee Alms House (Rose Inn Street), relais de poste historiques comme Kyteler’s House (Kieran Street) : Kilkenny est un musée à ciel ouvert. C’est aussi une ville animée et prospère, qui associe d’élégantes boutiques à ses maisons anciennes, des brasseries à ses églises et des rythmes contemporains à sa musique traditionnelle. Sa principale artère, High Street, qui va du château à la cathédrale, mérite des allers et des retours. Et ses 80 pubs lui assurent une des vies nocturnes les plus riches de l’île.

Château de Kilkenny, Comté de Galway, Irlande © Christian B.
Château de Kilkenny, Comté de Galway, Irlande © Christian B.

Visitez la ville de Waterford

Sur la N25, proche de l’estuaire de la Suir, ce port actif depuis plusieurs siècles est, aujourd’hui, très bien équipé pour le transport par conteneurs. Sans nier sa vocation industrielle, la cité joue allègrement la carte du tourisme. Elle possède d’importants vestiges de remparts vikings, notamment le long du Mall, de Spring Garden Alley et de Castle Street. Autour de Christchurch Cathedral et Holy Trinity Cathedral, elle multiplie les rues piétonnes et les boutiques attrayantes. Surtout, Waterford est la championne toutes catégories de la cristallerie irlandaise. Visitez le Waterford Crystal Visitor Center qui a été fondé en 1783 par deux frères, George et William Penrose. 

Jour 5 Cork et l’anneau du kerry

Le tourisme irlandais est né dans ces comtés, les plus verts de l’île. Un succès qui ne se dément pas depuis la reine Victoria.

S’y succèdent paysages aimables et horizons sauvages, pluie fine et soleil étincelant. Les villages y sont passés au badigeon vif, l’Atlantique y fouette des falaises vertigineuses. Splendide.

Cork

Rues étroites et pentues au nord, façades élégantes au sud, cœur en forme d’île entre deux bras de la rivière Lee, estuaire voué aux échanges internationaux et à l’industrie lourde : hétéroclite, pagailleuse même, cette cité-là est d’abord active et colorée, gastronomique aussi.

D’un brillant passé marchand, qui s’exprima aux XVIIIe et XIXe siècles, elle conserve quelques riches façades et la rumeur de rues commerçantes telles que St. Patrick Street, Cook Street, French Church Street ou Olivera Plunkett Street. Elle n’a pas vraiment de centre. Il faut y fouiner comme dans la boutique d’un brocanteur, en commençant par l’îlot triangulaire que délimite la Lee, baptisé le « Plat de la ville » par ses habitants.

Rivière Lee, Cork, Irlande © Jumpingnun
Rivière Lee, Cork, Irlande © Jumpingnun

Tour de l'Anneau du Kerry

A l’extrême ouest de l’Europe, le Kerry est la dernière paroisse avant l’Amérique et Iveragh la péninsule la plus étendue d’Irlande. Elle propose un merveilleux circuit de découverte : l’anneau du Kerry (Ring of Kerry) qui, entre montagnes et lacs, cultive les petites criques et les hautes falaises, les calmes embouchures et les flots déchaînés.

Waterville, Caherciveen, et surtout Killarney sont des endroits à visiter.
Plaque tournante de l’anneau du Kerry, Killarney est éminemment touristique ; c’est même une des très rares villes d’Irlande à organiser des promenades en calèche. Sa cathédrale néogothique St. Mary’s est construite en calcaire brut et accueille, sans mal, un millier de fidèles (ouvert toute l’année, entrée libre).

Jour 6 Explorez  la péninsule de Dingle

Montagneuse dans sa moitié nord, que domine la Brandon Mountain, elle est doucement vallonnée à l’ouest, tandis que sa partie sud aligne de grandes plages. Y prospèrent de nombreuses espèces d’orchidées sauvages. Parfois, on y parle encore le gaélique. Dingle est la ville la plus importante de cette péninsule, où fut tourné le célèbre film de David Lean La Fille de Ryan. A la grande joie des touristes, les dauphins cabriolent volontiers dans la baie de ce charmant petit port de pêche, qui possède un grand aquarium.

Jour 7 Galway et le Connemara

Visiter le Connemara

Entre côte dentelée et tourbières alternent les landes, les lacs et les montagnes. La région est aussi sauvage que stérile. Au fil des siècles, ses habitants l’ont abandonnée en grand nombre pour Dublin, Londres ou New York. De ses champs conquis sur la pierre, les irréductibles ne tirèrent jamais qu’une maigre pitance. Beaucoup moururent de faim. Aux yeux de tous, c’est pourtant cette région rude, désolée même, qui symbolise le mieux l’Irlande. C’est peut-être que ses sommets bleutés, ses chemins archaïques, ses cieux douloureux, ses vents qui soupirent et qui geignent, n’ont aucun équivalent au monde. Plein des drames, et des défis, et des amours de l’île, le Connemara est unique.

Abbaye de Kylemore; Connemara, Irlande © Ukyo Katayama
Abbaye de Kylemore; Connemara, Irlande © Ukyo Katayama

Galway et ses environs

C’est le Connemara, mais ce n’est pas que lui. A ses horizons légendaires, l’Ouest irlandais ajoute des îles aux villages fantômes, des lacs à brochets et des rivières à saumons, des grèves désertes au pied de falaises géantes. C’est d’abord la terre des silences et des solitudes. Avec Galway, elle possède pourtant une des plus joyeuses villes d’Irlande.

C’est aussi la gardienne des traditions insulaires, entre des façades de toutes les couleurs, des pubs à musique et des ruelles à brocante. On y visite notamment Spanish Arch, l'église Saint-Nicolas, Eyre Square, le château de Lynch… Dans le port, les marins dialoguent avec les mouettes en évoquant le temps, pas si lointain, des dangereuses traversées vers les îles d’Aran, pleines de la mythologie irlandaise, où y rugissent tous les éléments.

Plus au nord, ne manquez pas d’effectuer une visite à l'abbaye de Kylemore. Niché au pied de la montagne Duchruach, sur la rive nord du Lough Pollacappul, au cœur des montagnes du Connemara, il est considéré comme l'un des sites les plus romantiques d'Irlande.

Jour 8 Burren & falaises de Moher

Amateur de vieilles pierres, le bas Shannon l’est aussi de terres étranges, comme le prouve le Burren, à l’ouest de Limerick. Sur ce plateau rocheux, buriné par l’érosion, poussent aussi bien des plantes méditerranéennes qu’alpines. Au sud, le calcaire cède le pas au schiste noir et au grès, qui forment les fantastiques cliffs of Moher : 8 km de falaises malmenées par les vagues de l’Atlantique. Ce sont les plus spectaculaires de toute la côte occidentale.. Dirigez-vous vers la tour O'Brien, située sur la plus haute falaise de Moher. Le point de vue y est exceptionnel, vous pouvez apercevoir le littoral de Clare, les îles d'Aran et des montagnes aussi éloignées que le Kerry et le Connemara.

Tour O'Brien, Falaises de Moher, Comté de Burren, Irlande © Pixco
Tour O'Brien, Falaises de Moher, Comté de Burren, Irlande © Pixco

Jour 9 Bunratty Castle

Parmi les nombreux châteaux disséminés dans la région, le Bunratty Castle vaut une belle visite. Superbement restauré, c’est un des châteaux moyenâgeux les plus visités de l’île. Mobilier somptueux, tapisseries, vitraux : rien ne lui manque… Même pas les dîners d’époque, avec gentes dames en hennin et jouvenceaux à la harpe celtique ! 

Tout à côté (même billet d’entrée),le Bunratty Folk Park est une reconstitution soignée d’un village de paysans irlandais du début du XXe siècle.

Jour 10

Départ de Shannon

Après votre départ de votre hôtel, vous serez transféré à l'aéroport de Shannon pour vos vols de correspondance.

Photo de couverture : Anneau de Kerry, Irlande © Nadja Golitscheck

Budget estimé

Sur devis, nous consulter

Où voulez-vous aller en Irlande ?

Combien de personnes ?
dont combien d’enfants ?
Budget par personne ?
800 € 10000 €
 
Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.