Le Rhodope

 

Batchkovo

A 29 km au sud de Plovdiv.
Serpentant entre les parois abruptes de la montagne, la route traverse un paysage de plus en plus sauvage. Le large torrent et les arbres qui le bordent apportent beaucoup de fraîcheur. En été, les citadins venant de la plaine toute proche s’y arrêtent le temps d’une sieste ou d’un pique-nique. 

Monastère 
Ouvert tlj de 6 h 30 à 21 h. Entrée libre.
Passé la grande porte, le visiteur entre dans la large cour pavée. Des galeries aux arcades blanches et bordées de balustrades de bois se détachent des montagnes environnantes. Elles occupent les ailes et enserrent deux églises de style byzantin avec leurs dômes décorés de briques et coiffés de tuiles. L’ensemble reste sobre, peu de fresques extérieures, seules les fleurs des massifs, les coupoles et les toitures apportent un peu de couleur. Cette simplicité, tout comme les moines qui circulent dans leurs robes noires, crée une ambiance authentique invitant au recueillement. Le monastère a été fondé par les frères Grégori et Apassios en 1083, et, à la fin du XIVe siècle, il accueille vraisemblablement le dernier patriarche bulgare, Evtimi, chassé par l’occupant ottoman. Les bâtiments actuels datent dans leur ensemble d’une vaste rénovation intervenue au XVIIe siècle, même si certaines parties remontent à des périodes plus anciennes. En 1706, Paul Lucas, envoyé par Louis XIV à la découverte de l’Empire ottoman, décrit un monastère florissant avec une centaine de moines et une bibliothèque des plus riches.

Eglise Svéta Bogoroditza Pétrichka (Eglise de l’Assomption) 

L’intérieur fourmille de fidèles qui viennent allumer un cierge. Certaines femmes implorent la Vierge de l’icône (XIVe siècle), dans l’espoir de guérir leur stérilité. Noircies par la fumée, les fresques du XIXe siècle se distinguent mal. En revanche, dans le narthex, subsistent des représentations du XVIIe siècle : les portraits du donateur Guéorgui et de son fils, portant de riches vêtements.

Pamporovo - 9 © Ramón

Pamporovo – 9 © Ramón

Eglise des Saints-Archanges 
Bâtie sur des arcades aux XIIe et XIIIe siècles, elle se trouve surélevée. Initialement, elle était ainsi directement accessible depuis la galerie abritant les cellules des moines, grâce à une passerelle de bois. Sous les arcades, un bouquet de fleurs fraîches posé sur un petit autel honore la mémoire du patriarche Evtimi qui serait enterré à ce niveau. Des monnaies sont plaquées sur le mur sombre de l’autel. Si la pièce reste collée, celui qui l’a lancée est exempt de péchés. Le narthex abrite des fresques du célèbre Zacharie Zograph.

Réfectoire 
Construite en 1601, cette vaste salle accueille une longue table possédant un plateau de marbre avec, gravés, l’année de construction et le nom des donateurs. Autour, les murs sont couverts de fresques riches et colorées regroupant d’innombrables scènes peintes en 1643. Etonnamment, au milieu des saints, trônent les philosophes et les savants de l’Antiquité : Aristote, Aristophane, Socrate ou encore Diogène. Sur la voûte, les personnages se détachent sur un fond de nuit étoilée.

Eglise Svéti Nikolaï (Saint-Nicolas) 
Elle se trouve dans la cour sud du monastère, contiguë à celle abritant les deux églises précédentes. Edifiée de 1834 à 1837, en pleine Renaissance bulgare, elle conserve un style médiéval qui l’intègre parfaitement à l’ensemble. Sur le mur extérieur du narthex, le Jugement dernier est l’œuvre de Zacharie Zograph. Les fresques ont été exécutées en 1838-1840, alors qu’il était jeune. Son style coloré et réaliste s’affirme déjà.

Ossuaire 
Actuellement en restauration.
Accessible par un chemin partant du parking, juste devant le monastère, il comporte deux étages qui recèlent des fresques du plus haut intérêt, puisqu’elles datent des XIe et XIIe siècles. Au premier étage, dans la chapelle funéraire, elles représentent notamment la Vierge Marie avec l’Enfant Jésus et la Communion des Apôtres. Au-dessous, les scènes évoquent l’au-delà vision du prophète Ezéchiel et Jugement dernier.

Grotte 
Après l’ossuaire, en suivant le même chemin, on monte dans la forêt jusqu’à une première chapelle et un oratoire adossé à la montagne. Il faut continuer, passer une clairière avec des sources, pour atteindre les escaliers conduisant à la chapelle et à la grotte. Ici, un berger aurait trouvé l’icône de la Sainte Viergeconservée dans l’église de l’Assomption. A ce niveau, un bassin retient l’eau d’une source aux vertus miraculeuses. Nombre de croyants redescendent d’ailleurs avec des bouteilles remplies de cette eau. Autour de Pâques, une procession part du monastère, suivant l’icône de la Vierge jusqu’à la grotte où elle aurait été trouvée.

Pamporovo

A 83 km au sud de Plovdiv.
Perchée à 1 500 m d’altitude, au cœur du Rhodope du Sud, cette station bénéficie d’une position privilégiée qui la rend aussi attractive en hiver qu’en été. Avec 150 jours d’enneigement par an et des dizaines de kilomètres de pistes, l’endroit se prête aussi bien au ski de descente qu’au ski de fond.
En été, les nombreuses pistes de ski de fond se transforment en autant de sentiers à parcourir. Ces derniers traversent les prairies, couvertes de fleurs à la belle saison, et s’enfoncent sous les grands épicéas. Tout près de la station, il est ainsi possible de découvrir les élégantes fleurs roses tachetées de pourpre du lis martagon, les hautes tiges portant les fleurs jaunes de la grande gentiane ou les inflorescences délicates de quelques orchidées. Le promeneur discret peut aussi observer les coucous, les chevreuils ou les écureuils. 

Recettes pour vivre vieux 
Les paysans du Rhodope sont réputés pour leur art de vivre et notamment pour les bons repas autour desquels ils se réunissent régulièrement. Des chercheurs du monde entier étudient d’ailleurs leurs habitudes culinaires, y recherchant des explications à leur longévité exceptionnelle. Outre le yaourt particulièrement bon dans la région, ils consomment quelques plats spécifiques intéressants à découvrir. Le patatnik rappelle la truffade auvergnate, il se prépare avec de la farine, des pommes de terre, deux fromages (kachkaval et siréné), des œufs, du beurre et des épices. Plus étonnant, le katchamak est un plat à base de semoule de maïs, de siréné, d’œufs et de beurre. Très nutritif, il répond bien aux besoins d’hommes travaillant dans la montagne.

Suivez le guide ! 
Faites honneur à l’un des plats typiques du Rhodope, le tchévermé : un mouton rôti à la broche pendant des heures. Il se déguste nature, ou accompagné de miel.

Aux environs de Pamporovo

Chiroka Laka
A 99 km au sud de Plovdiv.
Le village montagnard regroupe de solides maisons blanches à encorbellement, avec des balcons de bois et des toits de lauzes, coiffés de hautes cheminées. Des rues pavées se faufilent entre les habitations, bordées d’imposants tas de bois destinés à apaiser les rigueurs d’un hiver long. En été, une odeur de foin séché se répand, de jeunes chats jouent dans les cours. Des ponts de bois typiques de la région, en dos d’âne, franchissent la rivière coulant au pied des maisons. Ils donnent accès à un chemin longeant le cours d’eau et offrant un point de vue sur le village. C’est aussi à ce niveau que se trouve la vieille église de l’Assomption, avec son clocher dressé à l’écart. Elle abrite de belles fresques.

Trigradsko jdrelo (gorges de Trigrad) 
A environ 25 km au sud de Devin.
Au nord du village de Trigrad, les gorges du même nom sont enserrées entre des parois verticales de 250 m de hauteur. Elles occupent l’un des plus vastes massifs karstiques du pays, percé de plus de 150 grottes.Il est possible de descendre dans les profondeurs froides, humides et sombres de la grotte du Diable(Dyavolskoto garlo). Les eaux de la rivière Trigrad s’y déversent avec fracas sur une hauteur de 42 m. C’est par cette saignée vertigineuse, permettant de pénétrer au cœur du Rhodope, que le mythique Orphée aurait atteint le royaume d’Hadès.

Yagodinska pechtera (grotte de Yagodina) 
Ouvert tlj sauf lundi de 9 h à 16 h. Entrée payante.
Au nord-est des gorges de Trigrad, peu après le village de Yagodina, la route serpente pour atteindre l’une des grottes les plus profondes du pays (6 450 m). Les drapés de stalactites et les stalagmites y sont impressionnants. La cavité offre d’autres merveilles minérales, telles les perles de cavernes, ces concrétions sphériques blanches qui se forment sous l’effet de la chute des gouttes d’eau.

Tchoudnité mostové 
A environ 35 km au sud-est de Batchkovo.
En pleine montagne, au nord de Chiroka Laka et non loin de Zabourdo, un gigantesque pont rocheuxnaturel correspond aux restes d’une grotte aujourd’hui effondrée. Ce lieu fait partie des paysages mythiques et chargés d’histoire de ce massif du Rhodope, creusé de toute part par l’action des eaux souterraines. Plusieurs grottes s’ouvrent d’ailleurs à proximité.

Un saint qui fait la pluie et le beau temps 
Saint Ilya exerce son pouvoir sur le tonnerre et la grêle. Il se déplace parmi les nuées, dans son carrosse doré tiré par quatre chevaux, et combat le dragon dévastant les blés. Pour anéantir cette créature, il envoie des flèches enflammées donnant naissance aux éclairs et au tonnerre. Dans le sud du pays, le 20 juillet, jour de la Saint-Ilya, les Bulgares se réunissent traditionnellement pour un kourbane. Lors de ce repas rituel, accompagné de cérémonies religieuses, les convives partagent un agneau, voire un coq, sacrifié pour la circonstance. Ces festivités doivent amener suffisamment de pluies tout en éloignant la grêle, de façon à obtenir de bonnes récoltes. Comme bien souvent en Bulgarie, de très anciennes traditions païennes sont intégrées à la religion orthodoxe.

Smolian
A 100 km au sud de Plovdiv.
La ville est adossée aux pentes de la montagne et traversée par la Tcherna reka (rivière Noire). Elle tire son nom de la tribu slave des Smolianes qui occupait cette partie du Rhodope.

Musée ethnographique 

Ouvert tlj sauf lundi de 9 h à 12 h et de 13 h à 17 h. Entrée payante.
Outre les objets quotidiens utilisés par les paysans du Rhodope, il présente des vestiges de l’âge du bronze, avec notamment un casque de guerrier thrace.

Festival folklorique 

En juin, se tiennent les Orféevi Praznitzi (fêtes d’Orphée). Il s’agit du plus important festival folklorique du Rhodope. C’est l’occasion d’admirer les costumes traditionnels de la région, et d’écouter les chants cristallins puisés dans la tradition historique.

Velingrad

Cette ville de montagne vit au rythme du Rhodope. Bénéficiant d’un air pur et d’un climat frais, l’existence s’y écoule avec nonchalance. Il faut dire que la cité est un haut lieu de balnéothérapie. Quantité de sources apportent des eaux minérales, dont certaines très chaudes, réputées pour la guérison des maladies de peau et des problèmes digestifs. Le nom de Velingrad date de 1948 et l’agglomération regroupe en fait trois villages : Kamenitza, Lajané et Tchépino.

Perpérek

A 98 km au sud-est de Plovdiv. A 18 km au nord-est de Kardjali.
Situé à l’extrémité orientale du Rhodope, ce village abrite un site antique exceptionnel.

Perpérikone
Ouvert tlj. Entrée libre. Possibilité de bénéficier des commentaires d’un guide en se renseignant au musée de Kardjali.
Dominant la plaine, une forteresse médiévale coiffe une éminence rocheuse occupée depuis l’Antiquité. Dans ce haut lieu historique dont l’origine remonte à la période thrace, les archéologues vont de découverte en découverte. Outre les restes d’habitations, les canalisations, les rues et les marches entaillant la roche, ils ont mis au jour plusieurs palais ainsi que le célèbre sanctuaire ovale dédié à Dionysos où Alexandre le Grand est venu consulter l’oracle avant d’entreprendre sa conquête du monde. Selon l’avancement des fouilles, différentes parties de ce vaste ensemble sont accessibles au public. En pleine nature, au milieu des blocs cyclopéens, le visiteur peut observer les aménagements creusés à même la roche, les autels ou les restes de mosaïques.