Bali, Mont Batur… Retour sur cette nuit qui a peut être changée ma vie!

PAR LUCILE LEROUX

«

Et là tu dois te dire.. .« « changée ma vie » pfff… tout de suite les grands mots… » Humm en fait, si je ne l’avais pas vécu, j’aurais surement eu la même réaction que toi…Cette nuit là, je n’ai pas fait que marcher, j’ai aussi fait une rencontre qui m’a fait vivre quelque chose de très puissant…

Certes, je pourrais me contenter de te raconter uniquement le déroulement de ce trek avec quelques photos, d’ailleurs ça aurait probablement pu suffire vu la beauté des lieux…Mais tu n’aurais pas pu imaginer la magie que cette ascension m’a apporté si je m’étais limitée à ça, alors je vais tout te raconter.

Je me trouvais à Ubud, dans une Guest House au top du top, j’ai tellement adoré que je ne pouvais pas ne pas t’en parler ! Petit déjeuner au top avec vue sur une rizière, lieu authentique mais surtout, je te conseille vraiment d’y aller si tu veux connaître la gentillesse et l’authenticité des habitants de cette île et ce pour une dizaine d’euros par nuit pour une chambre double ! Pour ne pas faire une parenthèse trop longue, je te donnerai les coordonnées à la fin de l’article ;).

Je demande à la propriétaire de la Guest House si elle sait comment je peux faire ce fameux trek sur ce volcan et elle me répond qu’elle a un contact qui peut m’amener directement là bas et qui à son tour me présentera à un guide… Pour info, il n’est pas obligatoire de prendre un guide, cependant, au pied du mont, vous ferez la rencontre de guides enragés?appelé la « mafia des guides« , certains vous diront que c’est obligatoire blablabla enfin bon d’après plusieurs témoignages, ce n’est pas un super moment à passer, c’est pour ça qu’il est recommandé de réserver avec des tours organisés ou directement avec son hébergement.

L’offre qu’elle me propose est la suivante 300.000 roupies ( environ 20 euros) le package : 4h de route en minibus A/R, petit déjeuner au sommet, lampe de poche fournis avec les guides inclus, ça me semble pas mal du tout, je réserve pour la nuit même ( motivée la nana hein ! ), le mini bus viendra me chercher à 2h du matin.

Je sens qu’une question te titille? « Mais pourquoi faire ce trek de nuit? » Ben pour voir le lever du soleil au dessus des nuages tiens

21h : Il faut peut être que je dorme
22h: Ok je vais dormir un peu
22h30: Olalala comment je vais faire j’arrive pas à dodo…Mais comment font ces gens qui se disent « il faut que je dorme et dorment… »Explique moi, ça fait 25 ans que j’essaye, il existe une technique dont on ne m’a jamais parlé?!
23h: RRRhhhh
00h: RRRRhhhh
01h: RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
01h30: DRRRiiiinnnGGG Drrriiinnnggg… »OHH MYYY GODD »!!!

02h: Le mini bus est là, je suis pas sûre que je dois te préciser le fait que je n’ai presque pas dormis mais je vais le faire quand même : « je n’ai vraiment pas beaucoup dormi » . Je suis avec 6 autres personnes, 4 allemands et 2 anglais.

Sache qu’à partir de ce moment là, je n’ai plus aucune notion du temps, je ne sais même plus où je suis… Vrai vie? Rêve? Somnolence?

Nous avons fait 2 heures de route, le temps d’aller chercher tout le monde et de faire un petit break thé/café ! Nous arrivons en bas du mont, il me parait haut très haut et la nuit elle, me parait est noire, très noire, je me demande dans quoi je me suis embarquée ENCOOORRRRE lol. Le chauffeur nous présente nos 2 guides, ils ont la vingtaine, ils nous expliquent quelques règles de sécurité et nous donne à chacun une lampe torche.

4h: Un petit pipi et c’est parti !Oui petite transition parce que clairement mon pipi on s’en fou je te dis juste ça pour te prévenir qu’il n’y a pas de toilettes du tout, mais si tu es une pissouse ou un pissous, ne t’inquiète pas, ton guide pourra t’aider lors de ta mission camouflage et arrêtera la file indienne le temps de ta vidange!

 

Oui parce que si tu t’imaginais ce trek en étant seul au monde, c’est raté…Mais si tu veux positiver…le visuel de nuit est vraiment beau, toutes ces lampes torches qui s’agitent forment une très belle guirlande de lumière jusqu’au sommet.

Au début de l’ascension, c’est juste un peu incliné, c’est MIGNOOOONN, tout va bien, je fais petit à petit connaissance avec un des 2 guides mais je ne me sens pas au top de ma forme, la veille, je suis resté trop longtemps au soleil, j’ai eu une insolation, malgré le paracétamol, j’avais encore mal à la tête à mon réveil et je n’ai pas beaucoup dodo, je sens mon corps faible…Mais quoi qu’il arrive je sais que j’arriverai en haut !

Arrivé au milieu du trek, ça grimpe de plus en plus, et la roche volcanique n’aide en rien, ça glisse, et ça y est, ma petite galère commence, je manque de souffle…Je regarde le haut du sommet (1 717 m) ou plutôt la fin de la « guirlande de lumière » et je me dis « Oh put*** » « mais comment je vais faire? », le guide Made me tend la main…

Je refuse gentillement (fierté? volonté de fer? Orgueil? Les 3? ) …30 minutes plus tard je me galèreeee, mais je suis toujours là lol…Made me retend sa main, et là j’accepte son aide! A partir de ce moment là…une connexion comme j’ai jamais vécu se passe…Il m’aide et m’encourage, il s’oublie et me donne toute sa force…il me transmet tout, autant qu’il l’aurait fait pour lui même, c’était une sensation très étrange…

Il ne me lâche plus la main, comme si on ne formait plus qu’un…C’est assez difficile à décrire…je n’arrive pas vraiment à poser des mots sur ce que j’ai pu vivre, il a rempli mon corps tout faible de chaleur et de force…Et il a réussi à me donner autant juste en étant là pour moi, sa présence était entièrement là, son ego n’existait plus, il a le pouvoir incroyable de savoir s’abandonner totalement…

Grâce à lui, j’ai pu atteindre le sommet…Après avoir vécu ce moment fort j’ai pu admirer le lever du soleil au dessus des nuages… Il est l’heure d’ouvrir ma breakfast box, au menu: un oeuf, 2 tranches de pain, un petit pot de confiture et une banane. Nous sommes ensuite allés faire cuire une banane sous une roche où la température était de 60 degrés, 30 minutes de cuisson plus tard, tout le monde veut la goûter alors on coupe la banane en 7 !

Moi qui me disait quelques heures plus tôt : « Mais dans quoi je me suis embarquée ENNCOOOREE?! » Et bien j’ai maintenant ma réponse, en fait je me suis offert un très beau cadeau, non non, pas ce bien matériel qui répondra à un besoin que je me suis crée moi même, mais celui qui restera gravé en moi pour des années et des années…celui qui me donnera la banane quand j’y repenserais

Pour la descente, ça glisse, mes baskets australiennes ont ironiquement des ressemblances avec des planches de surfs, me voilà maintenant à surfer sur la roche volcanique…non non détrompez vous, ce n’était pas très sexy à voir…

Made, malgré mon manque de glamour évident ne m’abandonne pas, il me dit qu’il va ensuite devoir travailler dans une ferme, son père est décédé, il doit s’occuper de sa mère, de sa femme et de sa petite fille…il a 24 ans. Il est l’heure de lui dire au revoir, je n’arrive pas à le remercier autant qu’il le mériterait, les mots ne viennent pas…Ce qu’il m’a donné était beaucoup plus puissant que de simples phrases…

En montant dans le mini bus, je m’effondre…il m’a vraiment bouleversé…Je suis vraiment touchée du fait qu’il ait pu me donner autant malgré ses conditions de vie aussi difficile…Il m’a offert une des plus belle chose sur cette terre…un moment de partage véritable…

Moi qui me laisse très rarement aider, pensant que la « gloire » était plus belle lorsqu’on escaladait l’obstacle seul, il m’a donné une belle leçon de vie, il m’a prouver qu’en partageant l’ascension de la difficulté, la victoire était encore plus riche et puissante! Je sais que je ne pourrais jamais le remercier autant que ce qu’il a pu me donner ce jour là mais je sais que la vie s’en chargera.