Un pays à la croisée des chemins

Tant d’histoire, de richesse humaine et de paysages sur un territoire si restreint!

Si l’on devait définir le Liban en quelques mots, c’est d’abord cette diversité qui frappe. A peine plus grand qu’un département français, le Pays des Cèdres est un des plus petits Etats du monde.

Pourtant, il est sans conteste une introduction privilégiée à l’histoire plurimillénaire du Proche-Orient et à sa diversité géographique et humaine. Car le Liban est à la croisée des chemins à plus d’un titre.

Au carrefour des influences historiques, il fait la jonction entre l’Orient et l’Occident méditerranéens qui ne cessent de communiquer et d’échanger depuis la plus haute Antiquité.

Le Liban, plus que d’autres, a apporté sa pierre à l’édifice de la civilisation humaine en nous laissant en héritage l’alphabet que les Phéniciens diffusèrent grâce à leur expansion maritime. Mais le Liban fut aussi sur la route de tous les envahisseurs qui se sont succédés sur ce littoral prospère, remarquablement situé et donc convoité : vous croiserez bien sûr le souvenir des Romains mais aussi celui des Egyptiens, des Babyloniens, des Perses, des descendants d?Alexandre le Grand et, plus tard, celui des croisés et des dynasties musulmanes qui se sont succédées.

Avec ses 17 communautés religieuses, ce pays abrite presque toutes les orthodoxies et toutes les hérésies du christianisme et de l’islam. Le Liban, marqué par quinze années de conflit, laisse l’observateur extérieur perplexe. Votre visite sera l’occasion de dénouer bien des fils, de soulever bien des voiles, de confronter une image forcément trop simpliste colportée par les médias et une réalité tellement subtile qu’elle n’est jamais épuisée.

Mais enfin le Liban, c’est aussi cette douceur de vivre proverbiale qui s’est empressée de revenir la guerre finie et qui se manifeste au quotidien dans une certaine qualité des rapports humains, dans l’attention portée aux plaisirs de la bouche, dans le raffinement des arts et dans la vitalité de la culture.

Ce pays qui avait autrefois développé une tradition d’accueil des visiteurs s’ouvre à nouveau au tourisme depuis le milieu des années 1990 et fait un gros effort de rénovation des infrastructures et des sites. Les petites imperfections pratiques seront amplement compensées par la rare qualité du service et de l’accueil.

Lire la suite du guide