Marcher sur les traces des empereurs

PAR AGNÈS DROUDUN

«

Nous avons choisi la Chine car ce pays m’a toujours fasciné. Pour nos vingt ans de vie commune, nous nous sommes offert enfin ce magnifique voyage.

Notre périple commence à Hong Kong où nous débarquons de l’avion. Ville animée et bruyante, nous visitons la baie qui est superbe, les plages sont belles et l’eau limpide, j’ignorais que l’on pouvais s’y baigner. Nous faisons un petit tour en sampan, ces petites barques en voie d’extinction.

Nous repartons en direction de Canton où nous visitons l’île de Samian, de toute beauté, nous y rencontrons un petit groupe d’étudiantes chinoises qui désirent que nous écrivions quelques mots en français sur le cahier d’école et prennent quelques photos de nous, nous sommes momentanément des stars, leur naïveté et leur gentillesse nous émeut.

Prochaine destination, Yangzhou et la rivière Liang, où nous faisons une petite croisière, le paysage me rappelle celui de la baie d’Along au Vietnam. Puis nous poursuivons notre voyage, en passant par Guilin, petite ville pittoresque et attrayante, très jolie.

Puis viens le tour de Shanghai. Grosse mégapole, remplie de béton et de tours à faire pâlir New York. Shanghai, où aura lieu la nouvelle exposition universelle est la ville rêvée pour les amateurs de building, les magasins ouverts toute la nuit et l‘ambiance 24/24, pour ma part j’ai préféré la vieille ville où nous avons pu admirer encore un peu l’ancienne vie de ces chinois devenus des véritables « européens » et acheté quelques souvenirs.
Nous y séjournons 3 jours puis nous repartons pour l’ancienne capitale de Xi’an, où nous visitons la célèbre armée en terre cuite, très impressionnante.

Nos pas nous guident tout naturellement vers la ville de Pékin. Très jolie ville, surtout le centre ville qui est à taille humaine pour respecter la hauteur des sites historiques tels que la cité interdite. Autour s’étale des kilomètres de banlieues, où les bâtiments fleurissent à foison, mais chaque grande ville chinoise contient pas moins d’une dizaine de millions d’habitants, ceci explique cela.

Six périphériques traversent la ville d’ouest en est. La circulation est aussi dense qu’à Shanghai. Nous visitons la place tian An Men, le temple du ciel et la fameuse cité interdite (je peux enfin réalisé mon rêve, marcher sur les traces des empereurs), c’est splendide., beaucoup d’émotions.

Nous nous promenons dans les vieux quartiers Hutong (anciennes cours carrées qui se raréfient) où nous déjeunons chez une famille chinoise. Puis promenade en pousse-pousse, malgré le froid qui sévit sur Pékin (4°) nous profitons de notre balade insolite. Demain une étape importante nous attend, la grande muraille de Chine.

Départ pour celle-ci, où nous devons escalader, une colline représentant plus d’un kilomètre de marches hautes de 20 cm (les chinois sont pourtant petits !) soit plus d’un millier de marches à gravir. La route est dure, mais le déplacement en vaut la chandelle. Nous arrivons en haut, et nous surplombons une bonne partie du paysage chinois, une vue à vous couper le souffle.

Nous assistons au coucher du soleil, timide et brumeux, mais nous sommes ravis. Ce soir nous couchons aux pieds de la muraille dans un joli petit hôtel très pittoresque. Nous avons un moment d’émotion mon ami et moi, pour tous ceux qui sont enterrés sous nos pieds pour avoir aider à la construction de ce magnifique édifice et qui ont permis d’asseoir la grandeur de l’empire chinois.

Notre voyage s’achève, nous sommes fatigués mais si heureux. Nos visages reflètent une certaine tristesse à l’aéroport, nous sommes désolés de quitter ce beau pays. Dans l’avion nous revivons tous les moments fantastiques que nous avons vécu, chacun de notre côté, car nous les avons vécu différemment, mais chargés de tellement d’émotions.

La Chine historique est très belle à voir, mais j’ai préféré les contacts que nous avons eu avec la population. Les chinois sont un peuple merveilleux, très joueurs, rieurs, plein d’humour, nous avons beaucoup rit avec eux, ils s’émerveillent de tout, comme des éternels enfants. Ils sont peut être émotionnellement réservés et secrets, mais c’est toujours eux qui venaient vers nous, dans chaque ville que nous avons traversées, ils étaient heureux de voir des occidentaux, la pareille n’est pas toujours de mise dans notre beau pays. Ils ont su nous faire passer des messages de sympathie, par les rires, le regard, les sourires, les gestes de la main.

Je peux dire que j’ai ressenti une grande empathie avec ce peuple, loin de l’image que l’on se fait d’eux en occident. Quant aux échanges et points de vues que nous avons partagé avec nos guides locaux, ce sont des expériences irremplaçables.

Ainsi s’achève notre périple chinois !