Informations pratiques

 

Achats et artisanat

Eau de rose et bois pyrogravé 
La précieuse essence se trouve souvent à l’intérieur d’un petit flacon de bois pyrogravé, décoré de motifs folkloriques. Parfois, c’est une petite poupée, habillée d’un costume local, qui la cache.

Céramiques 
Les artisans potiers réalisent d’élégantes céramiques aux décors caractéristiques, souvent teintées de bleu ou de vert. Typiques du pays, les petits plats individuels dotés d’un couvercle sont destinés à faire mijoter au four le guvétché.

Icônes 
Les artistes bulgares perpétuent cet art séculaire avec beaucoup de talent. Les Vierge de tendresse, les archanges ou les Christ pantocrator sont de toute beauté. Parmi les icônes exposées sur les étals en plein air, il existe déjà des pièces de qualité à la dorure étincelante, exécutées avec des traits fins et offrant des visages expressifs. Néanmoins, c’est dans les galeries d’art que se trouvent les réalisations les plus délicates et les plus somptueuses, mais les prix augmentent en conséquence.

Alphabet

Le vieux bulgare est la première langue écrite du monde slave. Les Bulgares sont donc les premiers à avoir utilisé l’alphabet cyrillique consigné, dans le pays, par les disciples des frères missionnaires Cyrille et Méthode. Il comporte 30 lettres. Elles sont identiques à celles de l’alphabet russe qui compte aujourd’hui trois lettres supplémentaires. De façon à pouvoir être prononcés par les locuteurs étrangers, les noms sont transcrits en alphabet latin. Cette transcription est propre à chaque langue, la transcription en langue anglaise étant différente de celle en langue française. Aussi, sur les panneaux ou les cartes, les noms inscrits avec l’alphabet latin peuvent présenter différentes orthographes. Dans bien des endroits, seul le cyrillique est indiqué. Il est donc vivement conseillé de se procurer une carte routière avec les noms en cyrillique et en caractères latins.

Arrivée

Après avoir récupéré ses bagages, c’est le moment de changer un peu d’argent en prévision des premières dépenses. Celui qui souhaite prendre un taxi ne doit pas se laisser perturber par tous ceux qui proposent leurs services. Le mieux est de se diriger, à l’extérieur de l’aéroport, vers un véhicule jaune en bon état appartenant à une société de taxi et de vérifier que le compteur fonctionne bien. 

Sofia Bulgaria 374 © DAVID HOLT

Sofia Bulgaria 374 © DAVID HOLT

Cartes

Avant de partir en vacances, pensez à acheter une carte détaillée qui vous sera très utile durant votre voyage. Les cartes que vous trouverez sur place sont rarement en français et pas toujours très précises. Blay-Foldex propose plus de 100 cartes routières et touristiques, pour toutes les destinations en France et dans le monde. Vous pouvez acheter les cartes Blay-Foldex dans les principales librairies. 

Change

Le change dans les banques représente la solution la plus sûre et la plus avantageuse. Néanmoins, leurs horaires d’ouverture (en général de 9 h à 17 h) ne sont pas toujours adaptés aux contraintes du voyageur. Il existe d’innombrables bureaux de change ouverts dans le centre des villes. Certains offrent un service tout à fait appréciable, mais il est préférable de se méfier de ceux affichant des taux très alléchants et de fortes variations entre l’achat et la vente de devise. 

Cuisine et boissons

Les repas ne sont pas organisés, comme en France, avec une entrée, un plat et un dessert. Au restaurant, on sert d’abord les salades, mais les plats arrivent alors qu’elles ne sont pas consommées totalement. Le pain (khliab) est facturé, et il faut commander le nombre de tranches désiré. 

« Boza » et « banitza » 
Le matin, dans la rue, les Bulgares aiment déguster une banitza (feuilleté fourré au fromage) en buvant du boza. Cette curieuse boisson, obtenue à partir d’orge, présente une couleur beige et un goût indescriptible.

Produits laitiers 
Assez liquide, le yaourt bulgare (« kissélo mliako ») se caractérise par une légère acidité. Pour découvrir sa saveur authentique, mieux vaut s’orienter vers les marques exclusivement bulgares. Deux fromages principaux se rencontrent dans tout le pays. Le « siréné », de couleur blanche, est un fromage salé à base de lait de brebis ou de vache, proche de la feta grecque. Le « kachkaval », de couleur jaune et très « goûtu », rappelle la tomme des Pyrénées.

Salaisons 
La plus célèbre d’entre elles, la « loukanka », est une sorte de saucisson plat à la saveur inimitable, constitué d’une viande finement hachée, sans trop de gras, et accompagnée d’épices comme le cumin.

Plats traditionnels 
En été, le midi, les repas commencent souvent par un « tarator ». Il s’agit d’une soupe froide, agréable et rafraîchissante, composée principalement de yaourt, de concombre et de noix. Parmi les salades, il existe quelques classiques : la « chopska salata » (tomate, concombre et siréné râpé) ou la « mletchna salata »(concombre, yaourt peu liquide, noix et ail). Les « guvétché » sont des plats mijotés dans des céramiques individuelles coiffées d’un couvercle. Très variés, ils sont en général préparés avec de la viande de porc, des tomates, des oignons, des poivrons, des œufs et des épices. Le plus célèbre d’entre eux se nomme le « kavarma ». Les « kufté » sont constitués de viande de porc finement hachée et associée à des épices. Le « tatarsko kufté » contient également du fromage en son centre. Le porc se consomme aussi en brochettes(chichtchéta) ou en steak (parjola), la viande est particulièrement bonne, d’autant plus qu’elle marine avec des oignons et des épices avant d’être cuite. Les feuilles de vigne (lozovi sarmi), les choux (sarmi s kiselo zélé) et les poivrons farcis (palnéni tchouchki) font aussi partie des spécialités à découvrir.

Pâtisseries 
Les cafés ou boutiques spécialisées proposent ces généreux gâteaux à la crème, typiques des pays d’Europe centrale. Les macarons aux noix (oréhovki) ou les « baklava », pâtisseries orientales à base de noix, sont également délicieux.

Eau 
Dans ce pays thermal, il existe d’innombrables eaux minérales plates ou pétillantes, dont certaines très minéralisées. L’eau du robinet peut être consommée sans risque.

Alcools 
Le pays produit d’excellentes bières, les plus consommées étant Kamenitza et Zagorka. Parmi les vins blancs, il faut découvrir les « misket » (muscat) des régions de Targovichté ou de Roussé. Parmi les vins rouges, le Tcherga, assemblage subtile de cabernet-sauvignon, merlot et rubin (un cépage bulgare), offre une qualité constante. Le « mavroud » d’Assenovgrad ou le vin de Melnik ont davantage de personnalité et méritent une attention particulière. Par ailleurs, l’« iskra », vin blanc pétillant, s’avère très fruité. Deux types d’eaux-de-vie rencontrent le plus de succès : le « grozdova rakia », à base de raisin, et surtout le « slivova rakia », à base de prunes.

Electricité

Le voltage utilisé est de 220 V et les prises répondent aux standards français. 

Hébergement

La capacité hôtelière s’avère tout à fait suffisante. De nombreux hôtels, très confortables et même parfois très luxueux, voient le jour dans le pays. Leurs tarifs élevés se rapprochent de ceux pratiqués en France, même s’ils demeurent globalement meilleur marché. A part sur la côte, les terrains de camping restent extrêmement rares. En revanche, les logements chez l’habitant se développent. Cette formule, plus économique, permet de mieux approcher le pays, tout en approfondissant les contacts avec les Bulgares et en partageant un peu leur vie quotidienne. Enfin, il ne faut pas oublier les monastères qui proposent également des chambres, une bonne occasion de prolonger la découverte culturelle… 

Heure locale

Comme les autres pays de l’UE, la Bulgarie alterne heure d’été et heure d’hiver. Les changements ont lieu aux mêmes dates. Le décalage horaire avec la France reste donc constant, il est d’une heure. S’il est midi à Paris, il est 13 h à Sofia. 

Horaires d’ouverture

La nonchalance et le côté méditerranéen des Bulgares s’expriment parfaitement au travers des horaires d’ouverture. Les grandes administrations et les banques sont en général ouvertes du lundi au vendredi de 9 h à 17 h. Pour le reste, y compris pour les musées et les monuments, les horaires sont très variables,d’autant plus s’il s’agit d’un lieu peu fréquenté. Il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès du voisinage et à demander l’ouverture du site. Avec de la bonne volonté et un peu de patience, tout est possible. 

Informations touristiques

Les offices de tourisme se développent dans les villes ou les stations balnéaires et stations de ski. Souvent installés dans les centres piétonniers, ils apportent de nombreuses informations actualisées sur les hébergements et les sites à visiter. Par ailleurs, des agences privées, encore appelées bureaux de tourisme, sont en place dans les lieux les plus touristiques. Elles organisent des excursions et proposent des chambres dans les hôtels ou chez l’habitant. La Bulgarie est un pays en pleine mutation, les informations touristiques évoluent constamment et deviennent très rapidement caduques. Quelques questions peuvent éviter de fâcheux contretemps ou au contraire conduire à des découvertes imprévues.

Jours fériés

Les jours fériés sont surtout respectés par l’administration et les écoles.
1er janvier : nova godina, nouvel an.
3 mars : fête nationale (libération de 1878).
Avril :Vélikden, pâque orthodoxe.
6 mai : Saint-Georges.
24 mai : Journée nationale de la culture et de l’écriture slave.
6 septembre : anniversaire de la réunification bulgare.
22 septembre : fête de l’Indépendance.
1er novembre : Journée du Réveil national.
25 décembre :Kolyada, Noël. De nombreuses administrations et entreprises sont fermées entre Noël et le jour de l’an. 

Langue

La langue officielle est le bulgare. De nombreux Bulgares pratiquent une langue étrangère. Les plus jeunes parlent principalement anglais mais, dans les générations précédentes, nombreux étaient ceux qui apprenaient le français à l’école. 

Médias

La presse écrite tient une place importante dans la vie des Bulgares. Il existe un grand choix de quotidiensdistribués dans les innombrables kiosques présents dans les rues. Parmi les journaux les plus lus, on trouve 24 tchassa, Démocratsia, de tendance politique démocrate, Douma, de tendance socialiste, ainsi que Standart et Monitor qui sont des publications de référence. Dans les grandes villes, il est possible de trouver les grands titres de la presse internationale, tels que Le Monde ou Newsweek. La télévision compte plusieurs chaînes nationales, comme Kanal 1 (télévision d’Etat) et BTV (télévision privée). 

Oui et non

Lors d’un premier séjour dans le pays, le voyageur s’étonne de voir ses interlocuteurs lui faire non de la tête avec un grand sourire. En fait, les Bulgares acquiescent d’une drôle de façon. Pour dire oui, ils bougent la tête de droite à gauche, comme lorsque nous marquons notre opposition. Au contraire, ils font non en hochant la tête de haut en bas, comme quand nous approuvons. Cette gestuelle opposée à la nôtre peut être la source de nombreuses incompréhensions. Il faut souvent bien réfléchir et attendre d’entendre da (oui) ou  (non) pour être définitivement fixé. 

Photo/film

La plupart des pellicules, des piles et des cartes mémoire se trouvent assez facilement dans les grandes villes ou les sites touristiques. 

Poste et communications

Les bureaux de poste ouvrent généralement de 9 h à 17 h. En dehors des heures d’ouverture, les boîtes à lettres situées à l’extérieur demeurent accessibles. Les courriers pour l’étranger sont à déposer dans la boîte présentant l’indication « par avion » ou « ??????? ». Le plus souvent, les marchands de cartes postales vendent également les timbres. Ils connaissent le tarif appliqué selon la destination. Des cabines téléphoniques permettent d’appeler sans problème à l’étranger grâce à une carte, néanmoins le coût reste assez élevé. Pour joindre la France, l’indicatif 00 33 est suivi du numéro du correspondant, privé du 0 initial. Depuis la France vers la Bulgarie, il faut composer le 00 359 puis l’indicatif de la ville ou de la région sans le 0 initial. De nombreux cybercafés sont ouverts dans tout le pays, ils proposent un accès à Internet pour un prix modique. 

Pourboires

Dans les restaurants et les bars, les salaires des serveurs restent bas. Aussi ceux-ci comptent-ils sur la générosité des clients. Le plus souvent, pour les petites sommes, les consommateurs font cadeau des stotinki (centimes). Pour un copieux repas réunissant plusieurs convives, on laisse généralement l’équivalent de 10 % de la note. 

Sécurité

Le pays n’est pas particulièrement dangereux. Comme partout, il est sage de prendre les précautions habituelles : surveiller ses sacs et son matériel photographique ou vidéo et ne pas laisser d’argent dans les chambres d’hôtel. La nuit, on recommande aux touristes de ne pas circuler à pied dans les agglomérations en dehors des centres-villes. De même, à Sofia, après le coucher du soleil, mieux vaut éviter le quartier de la gare, les passages souterrains et les parcs. 

Sports

Le football rencontre un vif succès, nombre d’enfants le pratiquent et les matchs sont suivis avec passion. Dans les villes, les salles de gymnastique et de musculation sont fréquentées avec assiduité, notamment par les femmes. 

Transports intérieurs

En voiture 
Dans ce pays de montagnes, beaucoup de routes sont sinueuses et recouvertes de neige une bonne partie de l’année. Leur état n’est donc pas parfait. Partout, il faut rester prudent et bien respecter les limitations de vitesse : 40 ou 50 km/h en ville, 90 km/h sur route et 120 km/h sur autoroute (les contrôles sont très réguliers). En été, du fait d’un trafic dense, mieux vaut éviter le début du week-end pour emprunter l’axe menant à la mer Noire. Dans tout le pays, du fait d’une signalisation parfois mauvaise, il est préférable d’éviter la conduite de nuit, surtout sur de longues distances.

En bus 
Pour se déplacer d’une ville à l’autre, les Bulgares utilisent beaucoup les lignes de bus. Le voyageur peut parfaitement visiter tout le pays grâce à ce moyen de transport bon marché et rapide.

En train 
Les trains parcourent tout le pays. Ils sont bon marché, mais moins rapides et plus contraignants que les bus. Pour les express, il faut obligatoirement réserver sa place. Des trains-couchettes relient la capitale à la mer Noire.

Usages et politesse

A l’entrée dans une boutique, le visiteur dit rarement bonjour et, s’il désire un renseignement, les questions sont très directes. De même, les passants ont tendance à garder un visage assez fermé et à ne sourire que rarement. Il s’agit de l’une des facettes du tempérament slave qui peut aussi s’avérer des plus chaleureux.

Combien ça coûte ?

(prix indicatifs)

Un café 2 LV/1 €
Un sandwich 3 LV/1,50 €
Un timbre et une enveloppe 2 LV/1 €
Une bière 2 LV/1 €
Un pain 1 LV/0,50 €
Une bouteille d’eau 1 LV/0,50 €
Un litre de carburant 2,20 LV/1,10 €

Lire la suite du guide