Informations pratiques

Achats et artisanat

Les peaux, les perles artificielles et la poterie sont des productions typiquement îliennes. C’est à Inca, à Majorque, que se tannent des cuirs vendus à prix d’usine. Majorque et Minorque sont passées maîtres dans la confection de chaussures sur mesure.
Les traditionnels sifflets en céramique de Siruell sont très caractéristiques et populaires. Leurs petites taches vertes et rouges sur fond blanc auraient inspiré le peintre Miró. Bien qu’elles soient vendues un peu partout, elles se fabriquent à Consell et à Marratxi, à Majorque. Les poteries cuites « morenas » (brunes) se déclinent en toutes sortes d’ustensiles, du « cacharro » (le pot de terre et le récipient à tout faire) aux objets décoratifs les plus divers.
Le verre d’Algaida a acquis une grande renommée. Ressemblant par ses couleurs au verre soufflé de Murano, il tient son nom de la ville, près de Palma, où il est produit. Les Majorquines étaient de grandes dentellières et aujourd’hui encore on peut trouver dans presque toutes les villes une boutique qui s’y consacre. Enfin, l’ébénisterie est de très bonne qualité, notamment à Minorque, même si les prix restent assez élevés.

Arrivée

L’aéroport de San Juan, à 9 kilomètres de Palma, est pharaonique et assez inhumain.
Ses couloirs, tentaculaires, s’étendent pour « gérer » un flux estival de plus de 10 millions de personnes. On peut regretter que cet aéroport international ne soit pas relié en vol direct avec la France, la Belgique ou la Suisse.
Pour les personnes ayant des difficultés à se mouvoir un service de voitures électriques est assuré. De San Juan s’effectuent les liaisons interîles pour Minorque et Ibiza (4 fois par jour).
Si vous louez une voiture, à votre arrivée à l’aéroport vous devrez vous acquitter d’une taxe d’aéroport.

Autoroute

L’unique autoroute des îles est à Majorque, elle est sans péage. La vitesse est réglementée à 120 km/h sur l’autoroute, à 100 km/h sur les routes principales, à 80 km/h sur les routes secondaires et à 50 km/h dans la traversée des agglomérations.

« Beautiful » people

Vous aurez l’occasion quelle que soit la saison de croiser en short et espadrilles une Claudia Schiffer bronzée, un Roman Polanski jovial ou le roi d’Espagne en personne en tenue de marin. Les îles sont depuis toujours un rendez-vous de la jet-set où chacun se mélange, bon enfant, aux autres visiteurs.

Carte

Avant de partir en vacances, pensez à acheter une carte détaillée qui vous sera très utile durant votre voyage. Les cartes que vous trouverez sur place sont rarement en français et pas toujours très précises. Blay-Foldex propose plus de 100 cartes routières et touristiques, pour toutes les destinations en France et dans le monde. Vous pouvez acheter les cartes Blay-Foldex dans les principales librairies.

Cuisine et boissons

La cuisine traditionnelle est, elle aussi, le fruit d’un métissage impressionnant que la soupe majorquine illustre parfaitement.
Elle aurait, entre autres, hérité de la cuisine de Valence et des traditions maures et juives, mêlant au pain, poivrons, oignons, tomates et poissons. En général la cuisine majorquine a gardé son caractère rustique enrichi des influences extérieures apportées par les conquérants ou des échanges commerciaux avec les pays de la Méditerranée. Elle revêt dans ses mélanges sucrés-salés une tonalité baroque qui pousse à la plus gourmande curiosité.
Outre les soupes, les spécialités à découvrir sont nombreuses.
La sobrasada, charcuterie hachée et pimentée pouvant se tartiner facilement, est encore meilleure chaude.
Les amateurs de poissons trouveront à Majorque, et surtout à Minorque, de nombreux plats savoureux à base de langouste (caldereta de langosta), de morue (bacalao a la mallorquina), de thon (atun a la minorquina) ou de fenouil marin (hinojo del mar)…
Quant aux productions locales, on ne peut manquer le fromage, le gin et la mayonnaise de Mahon (Minorque), l’enseimada (pâtisserie ronde et sucrée fabriquée au saindoux), les célèbres biscuits Amargos et Yemas de Mercadal à Minorque et le vin de Binissalem à Majorque.
Les liqueurs composées de dizaines d’herbes aromatiques sont exquises, il faut goûter aux hierbas : la frogola et le torrillo d’Ibiza.

Drogue

Fléau planétaire, la drogue touche les îles d’autant plus que leur situation géographique en fait une escale rêvée pour les trafiquants. Leur répression est l’une des priorités du gouvernement, qui ne parvient pas à l’endiguer.

Eau

L’eau, en particulier à Ibiza, est de moins en moins abondante. Dans la plupart des chambres d’hôtel, il n’est pas rare de trouver un conseil affiché dans la salle de bains « Por favor no malgaste el agua » qui signifie : « S’il vous plaît, ne gaspillez pas l’eau ».
L’eau du robinet est potable et bien surveillée, cependant les insulaires lui préfèrent plutôt l’eau de source, plate (sin gas) ou gazeuse (con gas).

Electricité

220 volts dans toutes les îles.

Feu

Les incendies avalent chaque année des pinèdes entières. Plusieurs zones à haut risque dans chaque île sont signalées sur les panneaux routiers. Il faut respecter les consignes et s’abstenir de fumer en promenade dans les zones sèches, car tous les incendies ont pour cause la négligence.

Fincas

L’agrotourisme s’est considérablement développé à Majorque. Les fincas, fermes souvent seigneuriales avec piscine et grand confort, se louent en totalité ou par pièce. Elles se trouvent essentiellement à Majorque et Minorque, en général dans les terres. Leur prix pour une chambre double, par exemple, varie de 39 à 66 €.
Renseignements : Associacio AgroturismeBalear, Foners, 8, 07002 Palmatél. : 00 34 971 77 03 36.

Hébergement

Les équipements des Baléares sont très nombreux, variés et moins chers qu’en France. Ils peuvent s’accorder à toutes les bourses, étant toujours d’un bon niveau qualité-prix.

Heure locale

Ils vivent à la même heure que la France mais pas au même rythme. Il ne faut jamais oublier l’heure de la sieste qui grosso modo correspond à la fermeture des boutiques. Cependant, vous remarquerez que, si la sieste coupe l’après-midi, le nombre d’heures travaillées est souvent identique et parfois supérieur aux horaires français. Le visiteur qui ne connaît pas l’Espagne sera surpris par les heures des repas. On déjeune traditionnellement entre 15 h et 16 h, et l’on dîne vers 22 h. Cependant, nombre de restaurants se sont adaptés aux horaires de leur clientèle du Nord et commencent à servir un peu plus tôt.

Horaires d’ouverture

Les administrations fonctionnent du lundi au vendredi de 8 h à 15 h 30. Le samedi elles ouvrent à 8 h et ferment à 13 h. Les banques ouvrent à 9 h et ferment à 15 h tous les jours. Le samedi, sauf en été, elles ouvrent de 9 h à 14 h.
Les musées n’ont pas tous les mêmes horaires. Ils sont généralement fermés le lundi et pendant l’heure du déjeuner.
Les boutiques sont ouvertes de 10 h à 13 h 30 et de 16 h à 20 h. Tout est fermé le dimanche, à l’exception de certains grands magasins.

Informations touristiques

Ibatur, à Majorque, rassemble tous les renseignements touristiques sur les îles.

Conselleria de turisme : Govern Balear, Montenegro, 5, Palma, tél. : 00 34 971 71 20 10.

En outre, vous pourrez vous adresser aux offices de tourisme de chaque île :
Fomento del Turismo de Menorca,C/ Nord, 4, 07702 Mahon, tél. : 00 34 971 36 23 77.
Fomento del Turismo de Ibiza : Hostoriador José Clapès, 4, 07800 Ibiza tél. : 00 34 971 30 24 90.
Patronat Municipal de Turisme de Formentera : Plaça Constitucio, Formentera, tél. : 00 34 971 32 20 57.

Si vous cherchez un guide pour visiter la ciutat de Palma ou les sites préhistoriques de Minorque par exemple, vous pourrez vous adresser à l’Association provinciale des guides : APIT Calle Capitan Mesquida Veny, 39, Pueblo nuevo 07014 Palma, tél. : (971) 42 25 27.

Jours fériés

Comme tout le territoire espagnol, les Baléares restent très attachées à leurs fêtes religieuses, qui sont pour eux jours fériés.
Ainsi, en plus des jours que nous connaissons en France, les Baléares fêtent la Saint-Etienne, le 26 décembre, la Saint-Jacques, le 25 juillet et l’Immaculée Conception, le 8 décembre.
Trois commémorations historiques sont aussi jours chômés : le 12 octobre, le jour de « l’Hispanité » (« hispanidad »), correspondant à la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, en 1492 ; le jour de la Constitution, le 6 décembre, et la fête de l’Etendard, le 31 janvier, rappelant la Reconquête des îles de Jacques Ier, le Conquérant, sur les Maures.

Langue

Après les années de la dictature franquiste, qui avait imposé l’usage du castillan, l’un des premiers actes de liberté a été de réinstituer le catalan comme langue officielle. Il est, dans chaque île, nuancé de quelques variantes dialectales.
Ainsi, les îliens sont totalement bilingues, au point que parfois les deux langues s’entremêlent dans une conversation. Les noms des rues et les panneaux indicateurs sont en catalan.

Marchés

Il y a autant de marchés que de villes et villages. Ils sont très révélateurs de la vie quotidienne et insulaire et permettent de découvrir toutes les spécialités des îles. Les plus connus ne sont pas pour autant les plus intéressants.
On peut en effet être déçu par l’ancien marché hippy d’Es Cana à Ibiza qui a perdu le cachet des années 1960 et on lui préférera celui de Las Dalias, près de Sant Carles, qui lui a gardé l’esprit « peace and love », ou celui d’Andratx, à Majorque, immense et bigarré.

Médias

Chaque île a son journal (Diario de Mallorca, Ibiza ou Menorca, Ultima Hora..) et sa ou ses radios. On trouve facilement la presse internationale dans les kiosques et l’été les radios locales diffusent des informations en allemand, anglais, français…

Naturisme

Peut-être dû à une forte présence germanique, le naturisme s’est fortement répandu sur les plages. Certaines y sont entièrement et officiellement consacrées mais il est de plus en plus fréquent de voir se mélanger nudistes et baigneurs en maillot sans le moindre problème, notamment dans les calanques les plus isolées.

Photo/film

Comme dans toute l’Espagne, les films sont souvent plus chers qu’en France. Une provision, avant le départ, peut donc être utile et économique.

Poste et communications

Pour appeler de France, les indicatifs sont : 00 34 971 + numéro du correspondant.
Pour les appels d’une île à l’autre le 971 est facultatif. Pour appeler la France il faudra composer le 07 33 et le numéro à 9 chiffres. Des cartes de téléphone à partir de 6 € s’achètent dans les bureaux de tabac (estancos) et à la poste (Correos).
Le tarif des timbres pour l’Europe est de 0,51 €.

Pourboires

Compris dans la note de restaurant ou d’hôtel, le pourboire (la propina) n’est pas obligatoire, l’usage laisse cependant 10 % au serveur, au taxi, etc.

Sécurité

Les vols sont malheureusement le lot des lieux touristiques. Aussi une certaine attention s’impose, comme partout.

Soleil

Une peau encore plus bronzée, oui… ! Mais en toute sécurité ! Un mois à quinze jours avant le départ, préparez efficacement votre peau avec un complément nutritionnel aux caroténoïdes et à la vitamine E.
Accélérant le bronzage, tout en minimisant les effets néfastes du soleil, il prolonge même le hâle une fois les vacances terminées !
Lors des expositions, n’oubliez pas les précautions d’usage : une crème à l’indice de protection élevé, des lunettes anti-UV, un chapeau et une hydratation régulière et abondante.

Sports

On peut quasiment pratiquer tous les sports. Du golf à l’équitation, du tennis au surf, du canoë-kayak au scooter des mers, du cyclotourisme à la plongée…. Les circuits de randonnée sont nombreux et rassemblent néophytes comme vétérans dans les innombrables sentiers de montagne ou dans les collines des îles. Plusieurs lieux de pèlerinage offrent des panoramas magnifiques.
Quant à la navigation de plaisance, qui est particulièrement agréable dans les îles, elle peut toutefois être dangereuse, notamment sur la côte nord de Minorque. Le principal avantage du bateau est de pouvoir vous mener dans des calanques uniquement accessibles par la mer et donc de vous offrir un espace vierge et totalement isolé.

Stationnement

Si vous avez un véhicule, il faudra chercher l’horodateur qui vous délivrera un ticket de stationnement (la carta hora) en ville. Il vous évitera de retrouver votre voiture à la fourrière. Il sera judicieux de vous procurer à la mairie le disque pour stationner dans les parkings non payants de la ville.

Tapas

On trouve la plupart des tapas servies dans toute l’Espagne pour accompagner un verre de vin ou l’apéritif : omelette aux pommes de terre (tortilla), jambon de montagne, chorizo, moules farcies (mejillones rellenos) mais surtout le pa amb oli, très fréquent en Catalogne, fait partie des tapas traditionnelles : sur une tranche de pain frottée à l’ail, un peu de tomate écrasée et d’huile d’olive ouvrent l’appétit.

Transports intérieurs

En bateau

Un ou deux services par jour assurent la liaison maritime entre les îles.
De Palma, la compagnie Transmediterranea assure la traversée jusqu’à Mahon (Minorque) et vers Eivissa, qui dure entre 5 et 6 heures.
Renseignements moll viejo : tél. : (971) 36 29 50.
La compagnie Flebasa embarque d’Alcudia pour Ciutadella. Le trajet dure 3 heures.
Il n’est pas possible d’aller en bateau de Minorque à Ibiza. Pour ce faire, il faut s’arrêter à Palma et prendre le bateau suivant pour Eivissa.
Entre Eivissa et Formentera plusieurs compagnies assurent de 10 à 20 liaisons par jour. La traversée dure, selon le bateau, d’une demi-heure à une heure.
Renseignements :(971) 32 20 57.

En bus

Dans chaque île, la plupart des villes et des gros bourgs sont desservis par des lignes de bus au rythme variable de deux à six fois par jour. Ils sont un moyen agréable de découvrir les îles et de rencontrer les habitants dans leur vie quotidienne.

En train

L’unique train des îles est à Majorque, entre Palma et Soller (une heure). Renseignements : (971) 75 20 51 et de Palma à Inca (une heure). Renseignements :(971) 75 22 45.

En voiture

A défaut d’un permis de conduire international vous pourrez utiliser votre permis français en trois volets émis après le 1er janvier 1955.
Les routes des quatre îles sont de bonne qualité, et la conduite nerveuse mais sûre des Palmesans devient très douce et attentive dans la montagne. Si l’on klaxonne beaucoup dans les virages à faible visibilité pour signaler sa présence, les îliens font preuve de patience et de civilité dans la plupart des cas.

Usages et politesse

Même si un changement s’annonce, les îliens sont très courtois. Ils ne se bousculent pas comme dans les grandes villes d’Espagne et d’ailleurs prendront toujours le temps nécessaire pour répondre à une question. Leur air, de prime abord un peu sec, s’estompe toujours avec un large sourire. La réciproque est donc de mise !

Combien ça coûte ?

(prix indicatifs)
Un ticket de bus1,20 €
Une course de 10 min en taxi7 €
Une traversée d’Ibiza à Formentera19,80 €
Un café solo1 €
Un matelas sur la plage7,60 €
Une entrée de musée4,50 €
Location de vélo à Formentera (la journée)     .3,05 €

Lire la suite du guide