Semaines très intenses à Madagascar

PAR ANNE DANOIS

«

De retour à Paris !

Dur atterrissage à Paris. Sous la pluie après une courte escale à Mahé : j’ai voyagé avec Air Seychelles. Et les semaines très intenses à Madagascar.

Expédition au fin fond du Makay.

Un périple pour s’y rendre : il y a la mythique Nationale 7 malgache puis tous les autres moyens de transports pour s’y rendre : mazette, toutes les aventures !!!! et nous étions en saison sèche. Je n’imagine pas ce voyage en saison des pluies.

Grande nouvelle : je suis rentrée entière ! Transformée.  Toujours en cogitation pour vivre mieux. Toujours apprendre, progresser et grandir.

C’était l’hiver à Madagascar ! Le temps d’hibernation des crocodiles et des feux de camp. Heureusement les moustiques étaient peu nombreux ! Les serpents sont inoffensifs.

Il faut croire que les risques étaient ailleurs !!! Une terreur végétale : le pois Mascate. Il est présent sous forme de liane et a des gousses aux poils urticants. Il y en a partout.

Revenons sur la partie écolo pour sauver la biodiversité !

Le savon d’Alep manquait de glamour mais il a fait son job.

Zéro pointé pour la goutte d’huile essentielle comme déodorant naturel quand on marine dans son jus du matin au soir. La solution alternative, m’asperger de produit anti-moustique bio Puressentielles sous les aisselles. J’ai amèrement regretté les lingettes. Il en existe des biodégradables.

Un conseil : ne jamais partir sans lingettes. Cela fait tellement du bien au moral quand le soir ; et oui, à 18h, c’est la nuit complète,.

Après avoir marché toute la journée le plus souvent, les pieds dans l’eau, puis monté sa tente à la frontale, pouvoir se débarbouiller et sentir bon, c’est tout simplement un pur bonheur. -)

L’huile de monoï dans les cheveux est une valeur sure pour se faire du bien. Ce parfum subtil est vraiment apaisant.

Mes mélanges karité huile essentielles ont protégé et cicatrisés ma peau : ah, les épines d’acacia !!!!! ça fait mal !!!! Ma peau a toujours été bien hydratée.

J’ai encore dans la tête : les étoiles le soir, les merveilleux levers et couchers de soleil, les rivières à l’eau claire à gogo, les dialectes, des paysages à couper le souffle, les « Comment t’appelles-tu ? ».