La Côte de la Mer Noire : Bourgas, au sud de Bourgas

 

Bourgas

A 385 km à l’est de Sofia.
Abritant le deuxième port maritime du pays, visible de loin avec ses immenses grues, la ville se tourne essentiellement vers le commerce, le transport et l’industrie. Elle dispose néanmoins d’un centre piétonnier animé durant l’été et organisé à la manière de celui de Varna. 

Musée ethnographique 
69, rue Slavianska. Ouvert tlj sauf dimanche de 9 h à 13 h et de 14 h à 18 h en été, du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et de 13 h à 17 h en hiver. Entrée payante.
Dans ce grand bâtiment avec façade jaune et perron monumental, l’exposition évoque la vie quotidiennedans la région de Bourgas à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Musée archéologique 
21, rue Bogoridi. Ouvert tlj sauf dimanche de 9 h à 13 h et de 14 h à 18 h en été, du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et de 13 h à 17 h en hiver. Entrée payante.
Le musée se consacre à la période antique. Le visiteur peut y admirer des bijoux thraces, des sculptures de divinités grecques et des céramiques peintes. Une exposition retrace également l’histoire de la navigation et de l’établissement des ports sur la mer Noire, depuis le IIe siècle av. J.-C. jusqu’au XVe siècle.

Bulgarie - cote Balchik © Ali Burçin Titizel

Bulgarie – cote Balchik © Ali Burçin Titizel

Galerie d’art 
24, rue Mitropolite Siméon. Ouvert tlj sauf dimanche de 9 h à 18 h 30. Entrée payante.
Dotée d’une curieuse toiture et d’une façade de type mauresque, cette ancienne synagogue a été édifiée entre 1905 et 1910 par l’architecte italien Ricardo Toscani. La collection regroupe plus de 2 500 œuvres. Une place de choix est réservée aux grands maîtres de la peinture bulgare avec notamment des toiles de Zlatyou Boyadjiev ou de Pentcho Obrechkov. Au deuxième étage, l’exposition présente les peintres de Bourgas durant le XXe siècle, avec de nombreuses marines. Enfin, la galerie accueille une riche collection d’icônes provenant de la montagne Stranja et datant du XVe au XXe siècle. Parmi elles, des réalisations du prolifique Zacharie Zograph.

Rues piétonnes et plage 
Deux grandes artères piétonnes traversent le centre-ville. La rue Aleksandrovska descend jusqu’au port, les passants y déambulent avec nonchalance, s’arrêtant parfois à l’une des nombreuses terrasses de cafés. Vers le nord-est, comme à Varna, un vaste jardin maritime occupe le front de mer et domine la plage centrale.

Lacs autour de la ville 
La ville est entourée d’une ceinture de lacs : Primorsko ézéro, Atanassovsko ézéro, Vaya ézéro et Mandra ézéro. La richesse de la faune et de la flore de ces zones humides en fait un paradis pour les amoureux de la nature. Deux espèces emblématiques, faciles à observer, nichent ici : le pélican frisé et le pélican blanc. Bien d’autres oiseaux d’eau fréquentent les lacs, comme l’ibis falcinelle et la spatule blanche.

Centre de conservation de la nature Poda 
Au sud de la ville, sur la route E87, en direction de Sozopol.  
La Société bulgare de protection des oiseaux a installé ce centre d’information et d’observation au bord de la lagune, dans une zone naturelle protégée. Une excellente façon de découvrir les oiseaux d’eau de Bourgas.

Quand passent les cigognes 
Dès la fin du mois d’août, des centaines de silhouettes aux larges ailes et aux longues pattes encombrent le ciel, formant d’imposants vols tournoyant lentement dans les courants ascendants. Pour se nourrir, l’échassier noir et blanc vient aussi au sol, pêchant dans les marais ou courant derrière les flammes des feux de chaume, à la recherche de rongeurs affolés. A cette époque, l’oiseau entame le grand voyage qui le mènera vers l’Afrique. Ces rassemblements regroupent des cigognes de Bulgarie, mais aussi de Pologne ou d’Allemagne. Le sud-est du pays se trouve sur l’une des deux voies de migrations européennes. Les oiseaux d’Europe centrale et orientale évitent la traversée de la Méditerranée, passant par le Bosphore, l’Anatolie et redescendant par le Moyen-Orient pour atteindre l’Egypte.

Au sud de Bourgas

Alors que la côte se dirige vers la Turquie, les plages deviennent plus sauvages et la nature retrouve suffisamment d’espace pour s’épanouir pleinement. 

Sozopol
A 33 km au sud de Bourgas.
Bâti sur un isthme rocheux, ce village pittoresque est un dédale de ruelles pavées s’étirant entre les maisons de bois. Au cœur de la presqu’île, l’église Svéta Bogoroditsa (Rue Anaksamandar), édifiée au XIXe siècle comme les maisons qui l’entourent, possède une belle iconostase finement sculptée. A l’est, une agréable promenade longe les anciennes murailles et domine les rochers qui descendent jusqu’à la mer. A l’opposé, le petit port abrite ces modestes embarcations de pêche bleues et blanches, typiques de la mer Noire.

Kavatsité
A 35 km au sud de Bourgas.
Au sud de Sozopol, la côte se fait plus découpée, plus rocheuse et plus sauvage. Entre les falaises s’étendent des dunes, par endroits protégées, sur lesquelles poussent des chardons bleus et des lis de mer, facilement reconnaissables à leur élégante fleur blanche.

Diouni
A 40 km au sud de Bourgas.
Installée dans une baie exposée plein sud et dotée de nombreux complexex hôteliers, la station borde une plage longue de 4,5 km.

Réserve naturelle du Ropotamo
A 45 km au sud de Bourgas.
Créée en 1995, une réserve naturelle intègre le cours d’eau et une partie du massif montagneux, protégeant les espèces de cette région particulière des confins de l’Europe. Bien que situé en altitude, ce territoire supporte de fortes températures et bénéficie à la fois des influences de la mer Noire et de la mer de Marmara.

Lac d’Arkoutino 
Ouvert en été tlj de 9 h à 17 h. Entrée payante.
Un court sentier sur pilotis chemine au-dessus de l’eau, il permet d’admirer les nénuphars blancs ou jaunes et d’observer les oiseaux.

Promenade sur le Ropotamo 
Ouvert en été tlj de 9 h à 19 h. Entrée payante.
Deux compagnies proposent une découverte plaisante du fleuve côtier. Les embarcadères se situent de part et d’autre du pont emprunté par la route de Primorsko. En amont, de petits bateaux permettent d’explorer la partie la plus sauvage du cours d’eau, bordé ici d’un épais rideau d’arbres et encombré par les troncs échoués. En aval, des embarcations plus spacieuses descendent vers l’embouchure, évoluant dans un paysage plus ouvert. Lors de ces promenades, il est possible de surprendre hérons, aigrettes, martins-pêcheurs ou cormorans.  

Primorsko
A 55 km au sud de Bourgas.
Sous le régime communiste, chaque été, des milliers de jeunes des pays de l’Est venaient passer les vacances dans l’immense centre de jeunesse Guéorgui Dimitrov, construit près de la plus longue plage de Bulgarie (10 km). Aujourd’hui encore, c’est une des destinations préférées des jeunes touristes.

Danse sur les braises 
Dans quelques villages situés entre la montagne Stranja et la mer Noire, comme Kogolovo et Balgari, la population célèbre la fête de Svéti Konstantine i Elena (le 21 mai). Les nestinari, des hommes et des femmes dotés de pouvoirs particuliers, perpétuent une tradition millénaire, sans doute héritée des Thraces. Après la messe, une procession emmenée par le pope, au son d’un tambour et d’une cornemuse, se rend jusqu’à une source sacrée auprès de laquelle tout le monde se réunit pour un kourbane (repas de fête). Après le coucher du soleil, l’assemblée gagne la place du village et danse autour d’un grand feu. Quand il ne reste que des braises, les nestinari entrent en scène : tenant une icône à bout de bras, ils dansent à petits pas, pieds nus sur les braises.

Lire la suite du guide