Découvrir Colombo, sri Lanka

il y a 3 mois
Découvrir Colombo, sri Lanka

Colombo

Capitale commerciale, grand port asiatique et ville principale du pays, Colombo, avec ses 850 000 habitants, offre l’image colorée d’une cité riche des multiples influences de son passé et de sa diversité présente. Se promener dans ses rues, c’est faire provision d’odeurs, d’images et de sons renvoyant à une histoire prodigue en événements qui devaient sculpter le Sri Lanka d’aujourd’hui.
Dès 700 apr. J.-C., les Arabes font d’un petit village de pêcheurs un comptoir commercial particulièrement orienté sur le commerce de la cannelle, des perles et des éléphants. L’actuel quartier de Pettah est à l’image de cette époque. Ibn Battuta, célèbre voyageur du xive siècle, y voit « l’une des plus belles et des plus grandes cités » du pays. En 1505, les Portugais débarquent à Ceylan et, considérant l’importance stratégique de Colombo, décident d’y construire un fort, qui allait être détruit lors de l’attaque des Hollandais, en 1656. Ces derniers s’attachent néanmoins à le reconstruire et creusent des canaux d’assainissement. Ils développent le quartier populaire de Pettah.
A partir de 1796, avec les Anglais, Colombo devient le grand port qu’il est aujourd’hui, en même temps que la capitale d’une île enfin réunifiée. 
Un autobus à impériale (Colombo City Tour : 0777 599963) permet maintenant de découvrir les principales attractions de Colombo, le départ se faisant de 8 h 30 au Galle Face Hotel avec une arrivée à 15 h 45.

Pettah
Plonger au cœur de ce quartier, c’est vivre des sensations multiples qui représentent, en une extraordinaire synthèse, tout ce que l’Asie peut évoquer : marchés et boutiques débordant de vie et d’agitation, petites rues qui alignent leurs échoppes spécialisées (cuivres, poteries, bijoux, etc.)… Tout un monde coloré où se mélangent ethnies et religions, où les lieux de culte cohabitent : temples hindous, sanctuaires bouddhiques, mosquées, églises, se côtoient paisiblement.
Baptisé la « vieille ville » par les Hollandais, le quartier devait prendre par la suite le nom de Pettah, appellation dérivée d’un mot signifiant « à l’extérieur », en l’occurrence « à l’extérieur du fort ».

Gabo’s Lane ou le paradis des odeurs
Cette rue est bordée de nombreux magasins qui offrent maintes herbes et préparations ayurvédiques. Ici, les boutiques sont particulièrement vieilles, sombres et poussiéreuses. Les odeurs se marient en une incroyable confusion olfactive. Il semble que l’on puisse y trouver un traitement pour toute maladie, du banal rhume aux douleurs gastriques ou à l’hypertension ; il n’est pas rare non plus de se voir proposer quelque décoction aux supposées vertus aphrodisiaques…

Guide de voyage Sri Lanka

Le « manguier-phare »
Eh bien non, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas du côté de Christophe Colomb qu’il faut chercher l’origine du nom de Colombo mais, si l’on en croit un religieux portugais du XVIe siècle, dans la déformation du terme cinghalais kola amba, qui signifie « feuilles de manguier »… Les marins de l’époque avaient, semble-t-il, l’habitude d’utiliser un manguier particulièrement feuillu, qui se détachait bien sur la côte, comme repère de navigation dans leurs manœuvres d’approche de l’île.

Suivez le guide !
Amoureux des vieux livres, rendez visite aux bouquinistes qui entassent leurs « trésors » sur les trottoirs de Maradana Street.

Dutch Period Museum
95, Prince Street, Colombo 11, tél. : 011 2448466. Ouvert du mardi au samedi de 9 h à 16 h 30. Entrée payante.
Le vieux bâtiment choisi en 1982 comme siège du musée est une demeure hollandaise typique de la fin du XVIIIe siècle, qui fut tour à tour maison du gouverneur, orphelinat, hôpital militaire et… bureau de poste. Grandiose, ce musée illustre à la perfection l’architecture néerlandaise, avec sa véranda à piliers et sa cour intérieure (meda midula) ornementée d’un puits.

Fort
Seuls vestiges de l’ancien fort construit par les Hollandais, des canons, face à l’ancien Parlement, paraissent lassés de guetter quelque ennemi imaginaire… Aujourd’hui, le fort a cédé la place à un grand centre commercial qui regroupe banques, compagnies aériennes et magasins de luxe.

Clock Tower (tour de l’Horloge)
C’est sans conteste le monument le plus connu du fort. De son érection, en 1857, jusqu’à une époque récente, la tour était investie d’une double fonction : guider les navires et indiquer l’heure. 

Jayanthi Commemorative Tower
L’autre repère de ce quartier animé est ce gigantesque dagoba de 75 m de haut qui fut construit en 1956 pour commémorer le deux mille cinq centième anniversaire de la mort du Bouddha.

Beira Lake
Ce plan d’eau participe du charme de la ville de Colombo. Ce qui frappe surtout, c’est la structure imposante et moderne d’une architecture orientale qui porte le nom de seemamalakaya. En fait, depuis les origines du bouddhisme, les seemamalakaya sont utilisés dans un grand nombre de rituels, en particulier celui de l’ordination (upasampada).
Le seemamalakaya du lac Beira, primitivement en bois, a été à plusieurs reprises rénové pour aboutir à la construction actuelle, œuvre de Geoffrey Bawa (1919-2003), architecte sri-lankais.
Au coucher du soleil, les lumières du temple se reflètent dans les eaux calmes du lac. Beauté et sérénité se rejoignent alors…

Cinnamon Gardens (jardins de Cannelle)
Ce quartier, qui faisait autrefois la richesse des planteurs de cannelle, est de nos jours le lieu de prédilection des amoureux qui se retrouvent sous les ombrages du parc Viharamahadevi. Il accueille également les amateurs d’art et de culture qui se pressent dans les salles du Musée national.

Viharamahadevi Park
Etabli durant la colonisation anglaise, il reçut tout d’abord le nom de Victoria Park, en l’honneur de la reine Victoria. Il y a moins d’un demi-siècle, il fut baptisé Viharamahadevi, en hommage à la mère du roi Dutugemunu (Ier siècle av. J.-C.).
De cet agréable lieu de promenade, il est possible d’apercevoir le dôme blanc qui coiffe l’imposant Town Hall (hôtel de ville) de Colombo.

Le lac aux crocodiles
Le caractère paisible du lac Beira, tel qu’on peut le découvrir aujourd’hui, ne saurait faire oublier que ses eaux furent jadis infestées de crocodiles affamés… En effet, aux XVIIe et XVIIIe siècles, les Hollandais n’avaient pas trouvé de meilleur service de sécurité que ces efficaces sauriens ! Il s’agissait d’ôter aux esclaves toute velléité d’évasion. Le quartier – île des esclaves – existe toujours, même si ce n’est plus une île. Les Hollandais ne sont plus là… les crocodiles non plus !

Guide de voyage Sri Lanka

Suivez le guide !
Du côté de Thimbirigasyaya Road, visitez le temple Asokaramaya : les couleurs les plus éclatantes s’y sont donné rendez-vous, pour votre plus grand étonnement !

Lionel Wendt Gallery
18, Guilford Crescent, Colombo 7.
Ce théâtre-galerie évoque le souvenir de Lionel Wendt (1900-1944), homme de loi et surtout photographe, pianiste et grand amateur d’art.

National Museum
Sir Marcus Fernando Mawatha, Colombo 7, tél. : 011 2694767. Ouvert tlj sauf vendredi et jours fériés de 9 h à 16 h 30. Entrée payante.
Dès son origine, en 1877, ce magnifique édifice présenta des collections rendant compte de l’histoire culturelle et naturelle du Sri Lanka.
La collection « culturelle » occupe les ailes est et ouest, avec une section préhistorique, une galerie spécialement consacrée aux anciens rois et reines sri-lankais (on remarquera en particulier le trône du dernier roi, Sri Wickrama Rajasingha, ainsi que sa couronne), une collection de bijoux riches en pierres précieuses…
Une section du premier étage est consacrée à l’art de la marionnette.
La librairie comporte environ 500 000 livres et plus de 4 000 manuscrits. De l’importante collection de sculptures se dégage le bronze doré, découvert en 1968 au monastère de Veheragala, représentant le bodhisattva Avalokiteshvara. Il s’agit d’un chef-d’œuvre exceptionnel de la statuaire de bronze sri-lankaise.

National Museum of Natural History
Même entrée que le précédent ou accès par Ananda Coomaraswamy Mawatha, Colombo 7. Ouvert tlj sauf vendredi et jours fériés de 9 h à 16 h 30. Entrée payante.
Il se consacre au patrimoine naturel du Sri Lanka. La faune – mammifères et oiseaux – fait l’objet de diaporamas. Des sections de botanique appliquée, géologie et fossiles voisinent avec le squelette d’un éléphant.

Galle Face
Les chevaux ne courent plus sur la vaste esplanade, livrée maintenant aux flâneurs et marchands en tous genres. Les pas du promeneur le mèneront à la rencontre de l’un des plus vieux hôtels du monde, le Galle Face Hotel (1864), qui se plaît à conjuguer « le charme d’hier et le confort de demain ».

Environs de Colombo

Dehiwala et Mount Lavinia
Les agglomérations de Dehiwala et Mount Lavinia (11 km au sud de Colombo) – un groupe de 11 villages – voient leur origine remonter au XIVe siècle. C’est sur ces terres que se produisit, en 1645, la bataille finale entre les Portugais et les Hollandais. Un grand sanctuaire bouddhique, le Samudra Vihara, accueillait des moines qui, des siècles durant, maintinrent une lumière allumée sur le rocher pour guider les marins navigant vers le sud.

National Zoological Gardens
12 km au sud de Colombo. Anagarika Dharmapala Mawatha, Dehiwala, tél. : 011 2712751 ; zoosl@slt.lkwww.colombozoo.gov.lk Ouvert tlj de 8 h 30 à 18 h. Entrée payante.
Il héberge plus de 138 espèces de mammifères ainsi que 190 espèces d’oiseaux et 46 espèces de reptiles. Temps forts de la visite, la représentation des lions de mer, à 16 h, et un peu plus tard, à 17 h 15, la danse des éléphants.

Kotte, la nouvelle capitale
11 km au sud-est de Colombo.
Dès leur arrivée en 1505, les Portugais furent amenés en audience auprès du roi dans sa capitale, Kotte, mais, pour des raisons de sécurité, on leur fit emprunter un chemin détourné. Ils ne furent pas dupes du stratagème, car ils parvinrent à se repérer au son de leurs canons. Aussi est-il devenu proverbial de comparer une personne verbeuse au « chemin pris par les Portugais pour aller à Kotte », stipulant que certains, pour atteindre le nez, passent la main derrière la tête…
Sur les lieux de cette vieille capitale fut inaugurée, en 1984, la nouvelle capitale administrative du Sri Lanka, Sri Jayawardhanapura. Au milieu du lac, le Parlement est l’œuvre internationalement reconnue de Geoffrey Bawa.

Kelaniya, le centre de la foi bouddhique
10 km au nord-est de Colombo. Kelaniya Raja Maha Vihara,  http://www.kelaniyatemple.com
Selon la tradition, c’est la huitième année après son illumination que le Bouddha, pour la pleine lune de janvier, visita Kelaniya et prit un bain dans la rivière Kelani. Etabli sur une plate-forme rocheuse, le temple, saccagé à plusieurs reprises, en particulier par les Portugais au XVIe siècle, fut reconstruit par les soins du roi de Kandy en 1767 et rénové par la famille Wijewardena.
L’influence de l’art de l’Inde du Sud apparaît clairement dans les peintures murales du XVIIIe siècle, qui décrivent des épisodes de la vie du Bouddha (Jataka, l’histoire des vies antérieures du Bouddha). Un peintre moderne, Soliya Mendis (1896-1975), a redonné vie à la tradition des fresques en illustrant les murs de scènes du Mahavamsa.

Negombo
35 km au nord de Colombo.
C’est ici que survit la tradition des anciens bateaux de pêche, qu’ils s’appellent catamaran (terme anglais dérivé de deux mots tamouls, katta et maran, ou rondin attachés), oruwa (canoë) ou paruwa (radeau).
Chaque matin, vers 11 h 30, le retour dans le lagon de Negombo des embarcations qui ont défié les mers constitue un spectacle impressionnant.

Guide de voyage Sri Lanka

Suivez le guide !
Rejoignez Negombo par Hendala : la région que vous traverserez, baptisée la « petite Rome », vit d’abondantes conversions par les missionnaires portugais. En témoignent les innombrables églises colorées et statues de saint Sébastien aux carrefours.

Muthurajawela Marsh Reserve
Muthurajawela Information and Community Center, 2/14, Pamunugama Road, Ja-Ela. (A 20 km de Colombo, sur la route Colombo-Negombo, tourner à gauche à Thudalla Junction et franchir le vieux canal hollandais ; tél. : 011 4830150).
Ouvert tlj de 7 h 30 à 16 h (promenades de 2 h en bateau dès 7 h 30, dernier départ à 16 h).
Marais s’étendant sur plus de 6000 hectares d’une richesse exceptionnelle tant par sa flore (194 espèces de plantes et mangroves répertoriées) que par sa faune (40 espèces de poissons, 14 espèces d’amphibiens, 31 espèces de reptiles, 102 espèces d’oiseaux et 33 espèces de mammifères) qui font une destination privilégiée d’écotourisme. Il est possible d’effectuer une promenade en bateau à la découverte des marécages, du lagon et des canaux qui furent creusés à l’époque coloniale. Cette balade permet aussi d’observer des butors jaunes ou noirs et des loutres du sud de l’Inde…

Partager l'article sur vos réseaux !