Aujourd’hui nous allons vous présenter la première destination touristique du pays : Agra !
Agra c’est 3 millions de visiteurs par an : cela pousse à s’y intéresser un petit peu non ?

Ce sont les musulmans qui donnèrent à Agra toute sa splendeur, et notamment les empereurs moghols qui s’y installèrent dès 1526. Du milieu du XVIe siècle au milieu du XVIIe, la ville connaît son apogée sous les règnes successifs d’Akbar, Jahangir et Shah Jahan. C’est ce dernier qui fait construire le Taj Mahal en 1631 avant de transférer la capitale de l’empire à Delhi.

Si le Taj Mahal, somptueux monument d’une grâce inouïe, attire les visiteurs par milliers dans la cité d’Agra, il est loin d’être le seul monument intéressant de la ville.

L’empire moghol a laissé un Fort Rouge magnifique (encore plus imposant que celui de Delhi) et de nombreux tombeaux et mausolées fascinants.

Agra s’étend sur un large méandre du fleuve Yamuna. Le Fort et le Taj Mahal surplombe ce fleuve sacré, à 2km l’un de l’autre.

Les ouvriers et les artisans qui construisirent le Taj Mahal s’installèrent au sud du mausolée, créant ce dédale de ruelles appelé Taj Ganj, un quartier aujourd’hui très fréquenté par les voyageurs au petit budget.

Les inratables d’Agra

  • Le majestueux Taj Mahal, dans la lumière de l’aube ou du coucher
  • Le Fort Rouge

À proximité immédiate des jardins du Taj Mahal, le Fort rouge d’Agra, monument significatif du XVIIe siècle moghol, est une puissante citadelle de grès rouge enserrant dans son enceinte de 2,5 km de périmètre la ville impériale, avec un grand nombre de palais féeriques, comme le palais de Jahangir ou le Khas Mahal, bâti par Shah Jahan, des salles d’audience, comme le Diwan-i-Khas, et deux très belles mosquées.

Agra, Le Fort Rouge - Inde

Agra, Le Fort Rouge – Inde – © Francisco Martins / Flickr CC

  • Les imposants monuments moghols de la cité abandonnée de Fatehpur Sikri

La « ville de la victoire », construite dans la seconde moitié du XVIe siècle par l’empereur Akbar, ne fut la capitale de l’Empire moghol que pendant une dizaine d’années.

C’est un ensemble architectural homogène avec de nombreux monuments et temples, dont une des plus grandes mosquées de l’Inde, Jama Masjid.

Fatehpur-Sikri fut abandonnée en 1585 au profit de Lahore, plus près de l’agitation des tribus afghanes, sur les marches occidentales de l’empire et ne fut plus jamais réoccupée, sauf durant trois mois par Jahangir, en 1619, lorsque la peste faisait rage à Agra. Elle reste la plus préservée des villes fantômes de l’Inde.

Le Mausolée d’Akbar - Agra, Inde

Le Mausolée d’Akbar – Agra, Inde

  • Le Mausolée d’Akbar
  • Le mausolée d’Itimâd-ud-Daulâ

Le bâtiment, situé dans un jardin et construit sur la rive gauche de la Yamunâ, représente la transition entre la première architecture moghole utilisant le grès rouge à décors de marbre – comme le mausolée d’Akbar – et la deuxième dont la réalisation emblématique est le Taj Mahal.

Le mausolée d’Itimâd-ud-Daulâ - Agra, Inde

Le mausolée d’Itimâd-ud-Daulâ – Agra, Inde – © claudia yeh / Flickr CC

%d blogueurs aiment cette page :