A notre avis, le Piton de la Fournaise est LA randonnée incontournable d’un voyage à la Réunion, durant laquelle vous traverserez des paysages impressionnants.

Un récit de voyage à l’île de la Réunion par Anne-Laure Chevriaut

1ère étape : Jusqu’au Pas de Bellecombe

Relais de Bellecombe

Relais de Bellecombe

A partir de Bourg-Murat prévoyez ensuite 45 minutes de route en empruntant la RF5 jusqu’au parking du site, situé au Pas de Bellecombe. C’est ici que cela se corse, route en lacets sur plusieurs kilomètres avant d’arriver. Profitez-en pour vous arrêter et prendre quelques photos, le paysage est époustouflant, surtout à l’aube !

Fini les virages, vous empruntez enfin le seul chemin d’accès au Piton de la Fournaise, cette ligne droite tracée dans une immensité lunaire, la plaine des Sables…Donc, vous êtes dans votre voiture, la musique du moment à fond, excités, motivés, déterminés, ça y est l’adrénaline mooonnnttteee !!!!

On vous disait… que la Plaine des Sables était le « seul chemin d’accès », malheureusement pour votre petite voiture de location, blanche, qui va comprendre pourquoi il y a autant de 4×4 suréquipés sur c’te petit bout de route. Malmenée, secouée, chahutée, elle va comprendre qu’elle ne joue pas dans la même cour.

Cela dit, petit plus pour vous mesdemoiselles, exit les capitons de cellulite qui peuplent vos jolies fesses car après le trajet chaotique en voiture, les 2h30 de montée et les 2h30 de descente sous alimentées et presque déshydratées, vous redescendrez avec un corps de déesse pour vous pavaner sur les plages de la Saline-les-Bains !

Voilà pourquoi cette randonnée est incontournable ! Et en plus, c’est bien plus rentable que la salle de sport, l’accès au site est gratuit. Bref, trêves de plaisanteries ! Une fois arrivés au Pas de Bellecombe, sortez vos baskets, votre sac à dos, votre coupe-vent et votre courage, faites une pause pipi et c’est parti ! Cela démarre plutôt pas mal, vous empruntez un « escalier » aux marches, toutes génétiquement modifiées, de la XXL à la XS.

2ème étape : L’enclos du Volcan

Une vingtaine de minutes plus tard, vous voilà arrivés dans l’enclos du volcan. Comme toute randonnée qui se respecte, un balisage propre au Piton vous guidera jusqu’au sommet ! Suivez-donc les traces blanches à même le sol, impossible de vous perdre….

Enfin au départ, car une fois arrivés sur les flancs du monstre, les traces blanches se multiplient, avec seulement quelques heures de sommeil, il devient donc difficile de distinguer les kleenex du balisage ! Déjà vécu, je me suis perdue !

Donc si toutefois, l’envie de faire pipi vous prenait, merci de bien vouloir ramasser votre mouchoir afin d’éviter d’être considéré comme responsable de la disparition d’un randonneur (nous attirons votre attention sur le fait que chaque année des randonneurs imprudents, qui sortent du sentier, se perdent et que certains d’entre eux ont été retrouvés morts de froid ou de déshydratation !) mais aussi parce que la planète n’est pas une poubelle !

 

Le Piton de la Fournaise

Le Piton de la Fournaise

3ème étape : Le flanc du Monstre

Après 1h15 de marche environ, vous arrivez au pied du volcan et c’est parti pour la grimpette. Au cours de votre ascension soyez prudents vous serez amenés à crapahuter comme un chamois mais avec bien moins d’assurance et d’élégance !

Vous découvrez les différents types de roches qui recouvrent les flancs du monstre et qui retracent l’histoire des multiples éruptions volcaniques. Nous vous signalons par ailleurs qu’au-delà de l’analyse scientifique de ces éléments, il est primordial d’attacher une importance particulière à l’analyse technique de certains de ces petits cailloux qui peuvent représenter un réel danger pour le randonneur non averti… Personne n’est à l’abri d’une glissade… D’où la mini trousse de soins que nous vous avons conseillé d’apporter.

Il se pourrait même que cette mini trousse vous soit indispensable… Et oui, on ne sait jamais… Imaginons, l’un de ces beaux « traillers » qui grimpent et redescendent, eux, comme des chamois, venait à se blesser, vous serez parfaitement équipée pour lui prodiguer les premiers soins… Le fantasme de l’infirmière nue sous sa blouse est omniprésent dans l’esprit masculin… Et hop ! C’est dans la poche ! Coup de foudre sur le Piton ! Bref…

La récompense : Le panorama et le cratère :

Cratère du Piton de la Fournaise

Cratère du Piton de la Fournaise

Intérieur du cratère du Piton de la Fournaise

Intérieur du cratère du Piton de la Fournaise

1h15 plus tard, à 2600m d’altitude, les cuisses et les mollets en feu, vous voilà enfin arrivés au cratère du fameux, du magnifique PITON DE LA FOURNAISE ! Quelle vue exceptionnelle ! 360° de pur bonheur ! Et je crois qu’on peut le dire, la tête dans les nuages !

Vous comprenez maintenant pourquoi nous vous avons conseillé de partir aux aurores, quel privilège de découvrir ce site époustouflant sans toutes ces hordes de touristes qui à cet instant démarrent tout juste leur ascension. Bande de petits veinards ! Impossible de vous décrire le sentiment qui vous anime…

Profitez du paysage et du moment présent tout simplement ! On a guetté si toutefois une petite fumerolle s’échappait du cratère mais nada… Et c’est peut-être pas plus mal, nous n’étions pas vraiment préparés à envisager de redescendre en courant… Cela dit, sans vouloir vous presser, ne vous attardez pas trop longtemps quand même, mieux vaut éviter de laisser vos muscles se refroidir…Nous vous rappelons, qu’un jour, il faudra redescendre sur la terre ferme. N’hésitez pas à reprendre des forces, une barre de céréales et de l’eau, vous l’avez bien mérité et votre corps en a bien besoin !

4ème étape: la descente :

image7 Maintenant que vous avez atteint votre objectif sans encombre, ou presque et après avoir réalisé une ascension relativement intense, vous pouvez envisager une descente plus cool ! Profitez-en pour admirer les paysages qui vous entourent, ils sont différents à chaque coin de roche.

Prêtez également attention aux visages des randonneurs grimpeurs que vous croisez sur votre chemin… Dégoulinants de sueur, grimaçants d’effort, vous implorant pour savoir si l’arrivée est encore loin… Attention… La moquerie est un vilain défaut et nous vous rappelons qu’il y a quelques minutes vous aussi vous tiriez la même tête !

Est-ce dû à l’euphorie ou au fait que vous ayez grignoté tout votre stock de provisions, mais c’est incroyable comme vous vous sentez légers au retour. Visiblement il n’y a pas que le Redbull, le volcan aussi vous donne des ailes ! Soyez tout de même prudents sur la descente car la fatigue commence à se faire sentir et vos jambes sont votre seul moyen de locomotion pour regagner le parking.

Une fois arrivés dans l’enclos, le plus dur est derrière vous… Enfin presque… Vous vous souvenez, au tout début de la randonnée, nous vous avons parlé d’un « escalier » aux marches génétiquement modifiées… et bien il va falloir l’emprunter pour remonter au parking ! Vous nous direz ce que vous en avez pensé mais je crois que même l’ascension au cratère n’a pas été aussi violente pour nos petites guibolles…

Si à l’aller, vous aviez mis une vingtaine de minutes à descendre, au retour, remonter risque d’être un peu plus long… aïe aïe aïe. Sur la route retour vers votre hébergement, avant la sortie du parc, n’hésitez pas à envisager un pique-nique avec vue sur le volcan. Tellement agréable…

Après une matinée aussi intense, tant sur le plan physique que sur le plan psychique, nous vous invitons à profiter d’un après-midi farniente avec option sieste… des images inoubliables plein la tête.

Chevriaut Anne-Laure