1. Visitez des paysages incroyables et époustouflants!

Le canada est le deuxième pays le plus vaste sur le plan géographique. Ce gigantesque pays a été peuplé par les Premières nations autochtones,  puis colonisé respectivement par les Français et les Britanniques. Sa population aujourd’hui abrite une diversité ethnique et culturelle remarquable issue d’une multitude de vagues d’immigrants venues du monde entier.

lors d’un voyage canada, on dit qu’il y a une cinquantaine de merveilles naturelles à visiter, ce qui promet un séjour intense au milieu de paysages splendides tels que la région des Grands Lacs, les réserves naturelles avec ses forêts et ses rivières.  Au total, on y dénombre ainsi 42 parcs nationaux, dont 10 sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, mais également un bon nombre de parcs provinciaux (dont certains méritent que l’on s’y attarde).

Les chutes de Niagara

Vous en avez déjà entendu parler, c’est sur ! A l’origine, le mot Niagara viendrait du mot iroquois « Onguiaahra ». Les chutes du Niagara  forment un ensemble de trois chutes d’eau situées sur la rivière Niagara qui relie le lac Érié au lac Ontario, dans l’est de l’Amérique du Nord, à la frontière entre le Canada et les États-Unis. Ces chutes d’eau ne sont certes pas les plus hautes du monde, mais de par sa structure étalée en  « fer à cheval » elles sont connues pour la puissance extraordinaire dégagée par le débit de l’eau faisant du vrombissement des chutes un souvenir indélébile pour les touristes ayant voulu s’offrir d’une « touche d’humidité ».

Niagara Falls

Niagara Falls

 

Le Parc National de Banff

Historiquement, le parc national de Banff doit son origine à la découverte de sources chaudes par des ouvriers ferroviaires. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce site grandiose est aujourd’hui, la destination touristique la plus fréquentée de l’Alberta et c’est également l’un des parcs nationaux le plus visité en Amérique du Nord. Avec plus de 200 kilomètres de route, il vous faudra plusieurs jours afin de contempler tous les joyaux que recèle le parc. Vous pourrez ainsi vous adonner à de nombreuses activités culturelles et sportives tout en admirant ses eaux bleutées, ses forêts, ses lacs, ses montagnes, ses canyons, ses rapides et ses prairies. Les sources thermales Upper et Hot Springs, abritent un splendide pavillon de bain historique idéal pour se décontracter le soir et deux télécabines permettront à chacun de profiter selon son envie de superbes panoramas à plus de 2 000 mètres , laissant de superbes photos souvenir.

Le lac Peyto et sa sublime nappe turquoise

Le lac Peyto et sa sublime nappe turquoise (Parc National de Banff)

Lac Louise ( Parc National de Banff)

Lac Louise ( Parc National de Banff)

 Lac Herbert ou "le lac miroir" à Banff

Lac Herbert ou « le lac miroir » à Banff

 

Le Parc National des Hautes-Terres du Cap Breton

Ce parc national se situe sur l’île du Cap-Breton, en nouvelle Ecosse, il fut créé en 1936 et couvre une vaste superficie de 950 km² composé par un mélange extraordinaire de taïga et de forêt boréale. Le parc est mondialement connu grâce à sa fameuse route « La Piste Cabot » ; qui est en réalité une route panoramique de la province canadienne de la Nouvelle-Écosse effectuant une boucle d’environ 300 km autour de la pointe nord de l’île. Un site majestueux ancré dans une démarche du respect de la faune et de la flore, vous pourrez apercevoir durant votre périple au dessus de votre tête le superbe pygargue à tête blanche (le plus gros oiseau de proie du pays), des originaux (?), des ours , des baleines, des renards et bien d’autres espèces sauvages.

Parc National des Hautes-Terres du Cap Breton

Parc National des Hautes-Terres du Cap Breton

"La Piste Cabot" du Parc des Hautes Terre du Cap Breton

« La Piste Cabot » du Parc des Hautes Terre du Cap Breton

 

La Gaspésie :

Composée de cinq régions naturelles et touristiques, la Gaspésie vous émerveillera par sa beauté sauvage côtoyant en harmonie les richesses culturelles laissées par les premières nations s’y étant installées. La Gaspésie se visite en général par un circuit de quelques jours vous offrant la possibilité d’observer les baleines au fjord de Saguenay près de Tadoussac (au nord), puis vous poursuivrez jusqu’à Matane / Ste-Anne-des-Monts où vit encore aujourd’hui une grande diversité d’espèces vivantes comme les ours noirs et les fameux caribous.

Rapprochez vous ensuite de « LA POINTE » (à l’Est) où se situe la charmante municipalité de Percé située à proximité du légendaire rocher et du paradis des ornithologues que représente l’île Bonaventure. L’endroit jouit également d’une vie culturelle animée avec ses nombreux lieux de diffusion et d’exposition. C’est aussi le lieu historique où l’explorateur français Jacques Cartier prit possession des terres en 1534. Et enfin, un peu plus au Sud à cheval entre la Baie-des-Chaleurs et la Vallée de la Matapédia vous pourrez apprécier la spectaculaire vallée de la Matapédi puis vous laissez guider par la route des phares menant à la magnifique région du Bas-St-Laurent.

La route des phares (Gaspésie)

La route des phares (Gaspésie)

Le Rocher-Percé (Parc National de l'Île-Bonaventure)

Le Rocher-Percé (Parc National de l’Île-Bonaventure)

 

Les aurores boréales

Mère Nature est généreuse avec les canadiens !! Le Canada se situe idéalement dans une région de la terre dite « ovale aurorale »,  une couronne d’activité géomagnétique entourant le pôle Nord magnétique qui s’étend de l’est à l’ouest du pays. Ce phénomène spectaculaire de plus en plus prisé par les touristes est visible une à trois nuits par mois, entre Septembre et Mars avec un pique d’activité comprit entre 00h00 et 02h00 du matin.

Afin de vous y préparer au mieux, il est conseillé de consulter le site officiel http://www.canada.ca/ pour ne rien rater. Une multitude de conseils, de prévisions et d’alertes aurore boréale vous informeront sur les dernières clés de ce rendez-vous magique.

Aurore Boréale à Manitoba

Une Aurore Boréale à Manitoba

La danse envoûtante d'une Aurore Boréale

La danse envoûtante d’une Aurore Boréale

 

2. Assistez à un match de hockey!

La Coupe Canada a été mise en place en 1976 dans le but de rassembler les meilleurs joueurs au monde de hockey sur glace. Afin de permettre à un maximum de joueurs de participer, le tournoi a lieu à chaque fois début septembre. Si vous voulez vraiment faire immersion dans la culture canadienne, n’hésitez pas à assister à un match de hockey. Le Hockey au Canada est semblable au football en Europe. Quand on parle de religion pour un sport, il faut comprendre que le hockey est une institution au Canada et que la plupart des canadiens y jouent ou en sont fans. On compte aujourd’hui plus de 124 clubs officiels se disputant 4 championnats en sénior masculin et 2 championnats féminins.

L'équipe Canadienne de hockey sur glace

L’équipe Canadienne de hockey sur glace

 

3. Faites des rencontres authentiques!

Les autochtones du Québec sont arrivés il y a 12 000 ans environs. Ils vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche locale. De croyance animiste, les amérindiens vivent toujours en harmonie avec la nature et sont toujours réputés pour leur connaissance en herboristerie médicinale. Aujourd’hui on dénombre un peu plus  de 50 factions différentes répartie en 617 collectivités indépendantes. Les langues les plus répandues sont l’Ojibwe et le Cree, cumulant à elles seules environ 150 000 locuteurs, et l’Inuit, avec environ 80 000 locuteurs dans les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Nunavik.

Répartition des Populations Amérindiennes

Répartition des Populations Amérindiennes

 

4. Partager des fêtes et des traditions familières!

La Fête Nationale du Québec

Cette fête est le patrimoine des canadiens-français car elle célèbre la langue française et  l’identité québécoise. Jour férié et chômé, traditionnellement appelée la Saint-Jean-Baptiste, la Fête Nationale du Québec est célébrée le 24 Juin. Cette grande fête du Québec donne lieu à de nombreuses célébrations tout au long de la journée.

Fête Nationale du Québec

Défilé de la Fête Nationale du Québec

 

Le Carnaval du Québec

Le Carnaval du Québec est le plus grand Carnaval d’hiver au Monde ! Pour les touristes présents du 29 janvier au 14 février cet événement est incontournable. L’origine du Carnaval de Québec date de l’arrivée des premiers colons qui à cette époque avait l’habitude de fêter entre amis et en famille avant les privations du carême. Les habitants se rassemblent ainsi dans un esprit festif et convivial donnant lieu à une multitude d’activités hivernales comme de la sculpture sur glace, de la course en traîneaux de chien, de la course en calèche, des activités familiales mais également bien d’autres encore que vous aurez l’occasion de découvrir sur place.

Sculpture sur Glace à Québec

Sculpture sur Glace à Québec

 

Le festival d’été du Québec

Le Festival d’été de Québec est l’évènement musical en extérieur le plus important au Canada. Pendant 11 jours, en plein juillet, plus de 1 000 artistes et environ 300 spectacles musicaux et artistiques de rue sont offerts sur une dizaine de scènes extérieures et intérieures de la ville de Québec. Le festival accueille des vedettes internationales, des étoiles montantes et des artistes émergents de tous styles musicaux. Chaque année d’importantes figures de la musique moderne comme Lady Gaga, Bon Jovi, Skrillex, The Black Keys, Metallica, Elton John et bien d’autres font leur apparition.

Concert lors du festival d’été du Québec

Concert lors du festival d’été du Québec

 

La tire

En fin de période hivernale, De Mars à Avril, les citadins se retrouvent en masse dans les érablières pour fêter le retour du soleil. Quand les températures sont supérieures à 0 °C, la sève des érables dégèle et il devient ainsi possible de pratiquer la saignée des arbres. Étalée sur la neige, la sève se fige presque instantanément et devient le bonheur des grands et petits gourmands.

Cabane à sucre traditionnelle

Cabane à sucre traditionnelle

 

Les ventes de garage

Ce concept s’apparente au vide-grenier classique que nous connaissons tous. Il s’agit en fait d’une pratique courante du printemps à la fin de l’été où les habitants vident leur garage encombré et vendent directement leurs objets sur le trottoir. Cette tradition perdure et devient de plus en plus populaire car les canadiens (de nature sociable) y trouvent une bonne réelle opportunité de discuter et fraterniser avec son prochain.

Le 5 à 7

De concept anglo-saxon,  le 5 à 7 est  l’équivalent de notre apéro ou plus communément appelé « l’after work ». C’est la coutume de se retrouver autour d’un verre entre amis ou entre collègues après le travail. Mais, les canadiens semblent être un peu plus sages que leurs homologues européens, car le 5 à 7 ne se prolonge pas indéfiniment et ne se termine pas en repas. On boit un verre ensemble, mais on reste sage en profitant des bonnes choses sans en abuser.

5. Jouissez de l’ambiance atypiques des principales villes!

La ville de Toronto

Toronto est l’une des villes la plus cosmopolite et la plus américanisée du Canada. Elle est également la ville la plus visitée d’Amérique de part ses buildings et ses édifices ultramodernes comme la fameuse « CN Tower ». Elle constitue le troisième centre de l’industrie cinématographique et télévisuelle d’Amérique du Nord et se classe comme l’une des meilleures villes en termes de qualité de vie.

La ville de Toronto et sa célèbre "CN Tower"

La ville de Toronto et sa célèbre « CN Tower »

 

La ville de Montréal

Cette ville doit son nom au célèbre explorateur breton Jacques Cartier qui baptisa la colline environnante le « Mont Royale ». Véritable Centre culturel, industriel, commercial et financier très important aujourd’hui, Montréal se situe dans le sud de la province du Québec, c’est la 2eme ville francophone du monde. Doté de nombreux espaces verts et de bâtiments touristiques, il vous faudra pas moins de trois jours pour visiter le centre historique de la ville et ses musées.

Montréal (Skyline)

Montréal (Skyline)

 

La ville historique du Québec

Capitale nationale de la province du Québec. Elle est le siège de nombreuses institutions dont le Parlement du Québec. Elle présente ainsi une multitude de bâtiments culturels et historiques qui vous feront voyager dans le temps. Vous y découvrirez le célèbre château Frontenac ayant de grandes similitudes avec celle du Château de l’Isle Savary (en France), ainsi que la basilique Notre-Dame, construite la première fois en 1647. C’est la première église à être élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie IX fondé en 1639. Vous pourrez également visiter la chapelle du couvent des Ursulines qui est la plus ancienne institution d’éducation pour les femmes de l’Amérique du Nord fondé en 1639.

La ville de Québec et son magnifique château de Frontenac

La ville de Québec et son magnifique château de Frontenac

 

La ville de Vancouver

Positionnée sur l’océan Pacifique à l’Ouest, Vancouver doit son nom au capitaine de la marine britannique George Vancouver qui a exploré la région vers la fin du XVIIIè siècle. C’est une ville un peu à part qui se découvre à pied. Ville-hôte des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver en 2010, elle conserve un certain dynamisme et affiche aujourd’hui avec succès sa réussite dans l’intégration multiculturelle des différentes ethnies locales. Vancouver détient l’un des plus grands parcs urbains d’Amérique du Nord ; Stanley Park, qui couvre pas moins de 4000 km2 offrant ainsi la possibilité aux citadins de jouir d’une « véritable oasis » pour se décontracter. Gastown constitue le cœur historique de Vancouver et s’apparente au quartier le plus branché promettant ainsi aux visiteurs une expérience alternative unique pour les amateurs d’art et culture. Les amateurs de frissons quand à eux pourront se satisfaire du fameux « Capilano Suspension Bridge »situé non loin de Vancouver, haut de ses 70 mètres et long de 137 mètres promettant une petite montée d’adrénaline.

La ville de Vancouver

La ville de Vancouver

 

La Capitale Ottawa

Située dans l’est de l’Ontario , La ville fut fondée en 1826 lors de la construction du canal Rideau. Officialisée en 1857, la ville d’Ottawa devint la capitale de la province du Canada. Officiellement bilingue à 50 %, Ottawa accueille aujourd’hui les institutions fédérales du pays, tels que le Parlement et les résidences du gouverneur général et du Premier ministre.

La ville Ottawa (skyline)

La ville Ottawa (skyline)

Le Parlement d'Ottawa

Le Parlement d’Ottawa

 

6. Observez les animaux sauvage dans leur milieu naturel!

Le pygargue à tête blanche

Initialement, cet oiseau est connu pour être un aigle des mers car il se niche habituellement près d’une source d’eau. Le pygargue peut manger à peu près n’importe quoi, dont des canards, des oies et même des petits cerfs. Ont dit que ces oiseaux restent fidèles à leurs partenaires toute leur vie. Vous pourrez les apercevoir surtout sur la côte ouest, en Colombie-Britannique et dans le nord-ouest de l’Ontario.

Un couple de Pygargue à têtes blanches

Un couple de Pygargue à têtes blanches

 

L’ours noir au Québec

L’ours noir est de nos jours l’un des animaux sauvages les plus connus en Amérique du Nord. En règle générale, l’ours noir a le pelage noir et le museau brunâtre, et une tache blanche orne souvent la partie inférieure de sa gorge ou sa poitrine. Même si la couleur noire est la plus répandue, certains ont un pelage brun, brun foncé, blond, cannelle ou bleu noir. On observe aussi des ours albinos (fourrure blanche, yeux et nez rouges), mais ils sont rares. L’ours noir est un animal très agile, il possède une force incroyable et une intelligence assez grande. Son ouïe et son odorat sont surdéveloppés contrairement à sa vue, il peut sprinter à 60km/h sur terre, c’est aussi un bon nageur et un excellent grimpeur.

À l’origine, l’ours noir occupait un vaste territoire en Amérique du Nord, de la côte Est à la côte Ouest, et jusqu’en Alaska, vers le nord, et au Mexique, vers le sud. Il n’occupe plus que 60 % environ de ce territoire. Au Canada, l’espèce a disparu des régions les plus méridionales, et il est absent de l’Île-du-Prince-Édouard, de l’île d’Anticosti comme du sud de l’Ontario, de la Saskatchewan et de l’Alberta. Néanmoins, cette espèce compte à ce jour environ 380 000 et n’est donc pas considérée comme une espèce en péril.

Si vous décidez d’aller les observer dans son milieu naturel, il est conseillé et même recommandé de faire cette activité encadrée par des experts. Même si l’ours noir est à 80% végétarien, il ne faut pas oublier que cette grosse peluche reste omnivore. Si par malchance vous êtes isolé en forêt et que vous ne souhaitez pas vous faire surprendre en vous retrouvant nez à nez avec l’un d’entre eux, les professionnels recommandent d’adopter certains comportements comme : Parler ou chanter fort ou faire du bruit afin de ne pas les surprendre.

Un ours noir en Ontario

Un ours noir en Ontario

 

L’ours polaire

L’ours blanc est un animal solitaire, une force de la nature et un excellent nageur. Ce qui fait de lui le plus grand prédateur naturel de l’Arctique et le plus gros carnivore terrestre. Sa population est comprise entre 20 000 et 25 000 spécimens et le Canada accueille 60 % de cette espèce au niveau mondial. C’est un bon chiffre certes, mais comment ne pas mentionner la menace qui pèse aujourd’hui sur son habitat naturel mis en péril par l’homme, entrainant ainsi une baisse significative de son espèce. La banquise est son territoire de chasse naturel, elle lui sert de plate-forme pour chasser les phoques (nourriture principale). Dû au phénomène du réchauffement climatique entrainant une perte de son habitat, le nombre d’ours recensé baisse de manière dramatique et l’ours blanc fait désormais partie de la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Néanmoins, aujourd’hui, il est encore possible d’aller le long des régions côtières de l’Arctique et dans les chenaux situés entre les îles des divers archipels, ou groupes d’îles, de l’Arctique. Quelques ours blancs sont régulièrement observés aussi loin au sud que Terre-Neuve-et-Labrador et, à l’occasion, dans le golfe du Saint-Laurent. Pour les « mordus de cette peluche,  la ville de Manitoba est considérée comme l’un des meilleurs endroits où sont organisées des excursions en bus panoramique pour les photographier.

Un Ours polaire près de Manitoba

Un Ours polaire observé près de Manitoba

 

Le caribou

Plus communément appelé « renne » en Eurasie, c’est une espèce de taille moyenne de la famille des cervidés, qui comprend quatre autres espèces de cerfs indigènes du Canada : l’orignal, le wapiti, le cerf de Virginie et le cerf mulet. Le caribou est bien adapté à son milieu. Son corps court et trapu conserve la chaleur, ses longues pattes lui permettent de se déplacer dans la neige, et son pelage d’hiver long et épais constitue un isolant efficace, même durant les périodes de basse température. Il y a plus de 2,4 millions de caribous au Canada. Certains habitent dans les forêts et d’autres, dans les montagnes; certains migrent chaque année à partir des forêts éparses jusqu’à la toundra du Grand Nord, tandis que d’autres restent toute l’année dans la toundra. Au Canada, le caribou reste une importante source de nourriture (dite très réputée) pour les communautés nordiques et bien souvent convoité pour leurs peaux et leurs bois qui procurent de magnifique ornement d’objet d’art. Les Inuit et les Indiens chassent toujours ainsi les caribous et servent également de guides aux chasseurs « sportifs ». A ce jour « les Toungouzes » sont les seuls à monter le renne comme l’on  pourrait monte un âne en Afrique.

Un caribou dans son milieu naturel

Un caribou dans son milieu naturel

 

Le Béluga

Le beluga surnommée « La baleine blanche », le « dauphin blanc »  ou encore le « canarie des mers ». Il est facilement identifiable à sa couleur « blanche sel » et « son sourire naturel ». Ce gros dauphin sympathique migre au sud pendant l’automne et  évolue généralement dans les eaux glacées de la banquise lui offrant un lieu de résidence idéale pour se nourrir et se protéger de ses prédateurs. Il ne dispose pas de nageoire dorsale, ce qui lui confère plus de facilité pour nager entre les glaciers. Il dispose également d’un des sonars des plus sophistiqués de son espèce , utile pour l’orienter lors de la chasse  et géolocaliser les couches de glaces les moins épaisses propices à être brisé pour le laisser respirer. Encore aujourd’hui le béluga reste essentiel dans la culture de plusieurs communautés Inuits en Arctique, pour lesquelles il reste une source de nourriture et de « matériaux » comblant des besoins traditionnels.

On retrouve cinq groupes de bélugas en eaux canadiennes dont quatre d’entre eux sont menacés aujourd’hui.

Celui du fleuve Saint-Laurent (dernier groupe non menacé) où l’on en trouve aux Battures-aux-Loups-Marins (à environ 100 km en aval de la ville de Québec) et dans le Golfe Saint-Laurent (de Natashquan à Sept-Îles le long de la Côte-Nord, et dans la baie des Chaleurs jusqu’à Cloridorme, le long de la Côte-Sud). On retrouve parfois des belugas au large de la Côte-Nord du Nouveau-Brunswick et dans la rivière Saguenay, de Saguenay à Saint-Fulgence.

Le groupe de Cumberland Sound, celui de la partie est de l’Extrême Arctique, celui de la baie d’Ungava ainsi que celui de la partie est de la baie d’Hudson sont menacés.

Un bélugas qui prend la pose

Un béluga qui prend la pose…

 

La baleine à bosse

Appelée aussi le géant de l’arctique, cette baleine fut longtemps chassée par les baleiniers pour sa graisse, sa chair, ses fanons et fut proche de l’extinction en 1937 ; date à laquelle la Commission Baleinière Internationale décida de protéger cette espèce. On estime aujourd’hui que 90 % de cette population résiderait en eaux canadiennes. La baleine boréale porte une tache blanche dont la forme permet de distinguer les uns des autres et possède une longévité hors normes car elle peut vivre au-delà de 200 ans. Dans la région du Québec,  sur le fleuve Saint Laurent, vous pourrez observer cet animal et ses congénères marins  qui s’illustrent parfaitement bien dans leurs acrobaties amoureuses offrant un spectacle hallucinant pour les touristes venus voir le show de près.

Une baleine à bosse qui offre un spectacle magique près de Tadoussac

Une baleine à bosse qui offre un spectacle magique près de Tadoussac

 

La baleine boréale

Cette baleine est bleu noir avec des taches de couleur crème sur la partie inférieure de la mâchoire, des taches blanches sur le ventre et une partie gris pâle sur la queue. Ses nageoires sont petites et rondes et son crâne est dépourvu de nageoire dorsale. Les baleines boréales sont parmi les plus bruyantes de leur catégorie. Des groupes composés d’une quinzaine de baleines, occupant une superficie de 10 à 20 miles carrés sur l’océan. Les baleines boréales sont bien adaptées au climat arctique. Elles sont très fortes, capables de briser d’épaisses couches de glace arctique pour se créer des trous pour respirer. Au Canada, les baleines boréales fréquentent l’Arctique de l’Ouest et de l’Est. Durant les mois d’été, la population de l’Arctique de l’Est se retrouve dans la mer de Beaufort et l’océan Arctique. Entre l’automne et le printemps, les baleines boréales migrent à l’intérieur et à l’extérieur des eaux canadiennes le long de la côte nord de l’Alaska. Les baleines boréales migrent vers le nord avec le retrait des glaces et vers le sud avec l’avance de ces dernières et préfèrent généralement les baies, les détroits et les estuaires. On estime la population de l’Arctique de l’Ouest actuelle à environ 11 000 baleines boréales, ce qui par conséquence la classe dans les « espèces en péril ». Ce désastre s’explique notamment par l’excédent de pêche, les collisions avec les bateaux, la pollution mais aussi par le bruit des moteurs qui chasse également les baleines effrayées loin de leur aire d’alimentation. Cependant, une stratégie de conservation a été mise au point pour préserver cette espèce dans les zones dites « sensibles ».

Une baleine boréale accompagnée de sa progéniture

Une baleine boréale accompagnée de sa progéniture

 

Le Renard arctique

Renard arctique ou Renard isatis. Le renard polaire vit dans des milieux où les températures sont très basses en hiver. Il peut résister à des températures de −50 °C. Au Canada, on trouve ce petit mammifère de la pointe septentrionale de l’île d’Ellesmere jusqu’à la pointe méridionale de la baie James. Cet animal très robuste ne connaît que peu de prédateurs. En hiver, le pelage du renard arctique est épais et blanc, mais, en mai, lorsque les premiers rayons de soleil amorçant la fonte des neiges, le pelage s’amincit et prend deux tons de brun. Quelques semaines plus tard, le dos, la queue et les pattes sont devenus brun foncé et le ventre et les flancs sont de couleur chamois.

Un renard artique

Un renard arctique

 

Le Wapiti (ou l’élan d’Amérique)

On trouve 3 espèces de wapitis au Canada : le wapiti du Manitoba, le wapiti des montagnes rocheuses et le wapiti de l’est. Plus petit que l’orignal, le wapiti est tout de même plus imposant que le caribou. Le wapiti a un pelage brun clair, mais la face, le cou et les pattes ont une teinte foncée. Il arbore un croupion de couleur crème et porte une queue tronquée. Le mâle arrivé à maturité est très impressionnant, la dimension de sa ramure est digne de mention. Il est stupéfiant de constater que l’animal produit une structure nouvelle chaque année, en quelques mois au printemps et à l’été. Le wapiti est un animal sociable. Ils sont en général observés en compagnie d’autres wapitis. La formation de troupeaux est caractéristique des wapitis qui vivent dans un paysage ouvert. À l’heure actuelle, il y a environ 72 000 wapitis au Canada. Plus de la moitié (40 000) se trouve en Colombie-Britannique, la plupart dans les Kootenays et dans la région Peace-Omineca, outre une petite population sur l’île de Vancouver. Les 20 000 wapitis de l’Alberta parcourent surtout les contreforts des Rocheuses et les parcs nationaux Banff, Jasper et les Lacs Waterton, situés en montagne. Une population dispersée se trouve dans la prairie-parc du Centre de l’Alberta, ou dans la forêt boréale. Le troupeau du Manitoba compte en ce moment à peu près 7 000 wapitis, concentré dans le parc national Mont-Riding. Les 15 000 wapitis de la Saskatchewan se trouvent surtout dans la bordure sud de la forêt boréale, au nord de Prince Albert et dans les zones du Moose Mountain, Cypress Hills et Duck Mountain dans le Sud de la province.

Un wapiti

Un wapiti

L’original

C’est l’animal le plus imposant de l’Amérique du Nord. Sa taille, mesurée au garrot, dépasse celle des plus grands chevaux de selle. Les gros mâles pèsent jusqu’à 600 kg dans la majeure partie du Canada. Sa tête est massive et compacte, avec un museau long et arqué se terminant par une lèvre supérieure saillante et flexible, qui lui confère un air de tristesse. Sa robe varie du brun foncé, presque noir, au brun rougeâtre ou grisâtre; les pattes sont guêtrées de gris ou de blanc. À la fin de l’été et à l’automne, le mâle adulte porte un immense panache, parfois presque blanc. Les bois commencent à pousser au milieu de l’été. Au cours de leur croissance, ils sont tendres et spongieux, irrigués de vaisseaux sanguins et couverts d’une peau veloutée. Ils atteignent leur pleine envergure fin août ou début septembre et deviennent alors durs et osseux. L’orignal fréquente les pentes boisées et rocheuses des chaînes de montagnes de l’Ouest, les parages d’un demi-million de lacs, muskegs et cours d’eau de la grande forêt boréale, et même la toundra du nord du pays et les prairies-parcs des provinces des Prairies. L’orignal occupe la forêt canadienne des frontières de l’Alaska jusqu’à la pointe est de Terre-Neuve et du Labrador. Au Canada, les effectifs de cette espèce atteindraient entre 500 000 et un million. On trouve actuellement cette espèce à de nombreux endroits comme le centre-Nord de l’Ontario et le Sud de la Colombie-Britannique, et au Québec, sur la côte nord du golfe du Saint-Laurent ainsi que sur l’île de Terre-Neuve.

Un orignal

Un orignal