Les alizés ont fait un miracle climatique en donnant aux îles Canaries un visage au printemps éternel : soleil omniprésent, criques tranquilles ou immenses plages blondes, océan bleu et turquoise qui roule son écume blanche, rudesse apocalyptique et austérité de certains paysages, luxuriance de la végétation fendue d’étroits sentiers formés par de rares voyageurs, traces de pas anonymes et dessins capricieux marqués sur les immenses dunes.
On entre ici dans un univers où les cieux de nuit sont plus clairs que partout ailleurs.

Les îles ont su conserver et protéger leur patrimoine écologique, culturel et artisanal. Lanzarote, île mythique, offre ses paysages de fin du monde et ses villages ordonnés. Fuerteventura, île tranquille, se donne des airs de Sahara. Grande Canarie, île-continent en miniature, fascine autant par ses plages ensoleillées que par ses sommets enneigés. Ténérife se laisse dominer par le Teide. La Gomera, île magique et de légendes, lieu de refuge de lutins qui ont transmis leurs secrets aux herboristes et guérisseurs. El Hierro, l’île perdue, aux falaises presque sans fissures, qui lui donnent une muraille naturelle, et La Palma, aux reliefs spectaculaires et à la flore exubérante, qui lui valent le surnom de la Isla Bonita, la belle île.
Il faut découvrir les Canaries secrètes, celles qui savent parler au cœur, où tout reste encore à explorer, et laisser ses sens s’éveiller à l’appel de ces sept îles lumineuses.

Lire la suite du guide