Tangka.com : Découvrir le monde et partir

Contactez-nous au 01 45 65 91 92

4 - Se déplacer de ville en ville


Les Hauts Plateaux : Quetzaltenango et ses environs, la région des Cuchumatanes

Little port in Guatemala © Sean and Lauren

En plein massif montagneux, la région de Quetzaltenango, patrie des Mayas Quichés, est moins fréquentée par les touristes, bien que bénéficiant de beaux paysages et d’une culture locale riche. La ville de Quetzaltenango constitue un bon point de départ vers les villes et villages environnants, réputés pour leur artisanat et leurs sources d’eau chaude bienfaisantes.

Quetzaltenango (Xela)
Deuxième ville du pays avec ses 120 000 habitants, Quetzaltenango, plus couramment appelée par son nom quiché Xela (prononcer Ché-la), constitue le grand centre commercial du sud-ouest du pays. La ville est dominée au sud par le volcan Santa Maria (3 772 m) et au sud-ouest par le Santiaguito (2 488 m), toujours en activité. Largement détruit par un séisme en 1902, le centre-ville, de construction récente, a perdu largement de son charme.

Parque Centroamerica
Cette grande place vivante, ombragée d’arbres centenaires et entourée des principaux édifices de la ville, constitue le cœur de Xela. La cathédrale, au sud-est, fut détruite par un tremblement de terre, et est toujours en réfection. A l’angle nord-est, la municipalidad (hôtel de ville) est un bel exemple du style néoclassique caractéristique du centre-ville. En face, à l’angle sud-ouest, se tient le museo del Ferrocarril, qui retrace l’histoire de la voie ferrée qui desservait Xela dans les années 1930.

Casa de la Cultura
Sur la face sud du parque Centroamerica. Ouvert du lundi au vendredi de 8 h à 13 h et de 14 h à 17 h, samedi de 8 h à 13 h. Entrée gratuite.
La maison de la culture abrite l’office du tourisme, ainsi que des expositions consacrées aux Mayas Quichés et à l’Estado de los Altos, dont Quetzaltenango fut la capitale.
Beaucoup de traditions locales sont présentées, notamment le tissage, les techniques agricoles, la musique (marimba), etc.

Teatro municipal
A l’angle de la 14a avenida et de la 1a calle.
Bâti dans un style néoclassique, le théâtre municipal propose le soir d’intéressants spectacles de musique et de danse, locaux ou internationaux.

Zunil
A 10 km au sud-est de Quetzaltenango.
Jolie bourgade agricole et commerçante, entourée de collines escarpées, Zunil est un bel exemple de village quiché typique. Un marché s’y tient le lundi. Le village est surtout connu pour son effigie de san Simón, saint patron de la ville vénéré par la population, et dont la statue est installée chaque année dans une maison différente. Les enfants du village vous y mèneront en échange d’un pourboire.

Fuentes Georginas
A 8 km de Zunil. Ouvert tlj de 8 h à 18 h. Entrée payante.
Sans doute la plus belle source naturelle et station thermale du Guatemala. Ce lieu magique présente des bassins à températures différentes, alimentés par des sources d’eaux chaudes sulfureuses, dans un écrin de végétation tropicale. La route depuis Zunil peut s’effectuer à pied (2 h de montée), ou en voiture.

Suivez le guide !
Prévoyez de passer la nuit sur place, dans l’un des petits chalets rustiques situés directement à la sortie des sources thermales Georginas.

San Andrés Xecul
A 10 km au nord de Quetzaltenango.
Ce petit village au milieu des collines possède l’une des églises les plus étonnantes du pays, dotée d’une façade jaune vif envahie de représentations multicolores et délirantes de saints, d’anges, de fleurs, de vignes, etc.

San Francisco El Alto
A 15 km au nord de Quetzaltenango.
Perché au sommet d’une colline dominant Xela, ce village est connu pour son marché de vêtements, très vaste et bien achalandé, bien que moins riche en artisanat que celui de Chichicastenango. Le site offre également un splendide panorama sur la vallée de Quetzaltenango, en particulier depuis le toit de l’église, auquel on accède facilement moyennant un petit pourboire.

Momostenango
A 19 km au nord de San Francisco El Alto.
Ce petit village de montagne est très prisé pour ses formidables danses des « diablos », qui ont lieu plusieurs fois par an sur la place principale.
Habillés de costumes très élaborés (masques, ailes en carton peintes, etc.), les danseurs exécutent les danses rituelles au son d’un orchestre pendant toute la nuit, jusqu’à épuisement.

La région des Cuchumatanes

Dominée par les sommets de la chaîne des Cuchumatanes, la plus haute chaîne d’Amérique centrale, la région des Cuchumatanes offre des paysages tout aussi spectaculaires. Epargnée pour l’essentiel par les conquistadors du fait de son inhospitalité, elle est longtemps restée, et reste encore, à l’écart des influences extérieures, conservant quasi intacts les traits de la culture maya.

Huehuetenango
Située au pied du massif des Cuchumatanes, Huehuetenango vit principalement de la culture du café, de l’exploitation minière et de l’élevage de moutons. Ses rues poussiéreuses et son architecture banale ne présentent pas d’intérêt majeur, mais la ville constitue un point de départ pour gagner la chaîne des Cuchumatanes.

Zaculeu
A 4 km au nord de la place principale de Huehuetenango.
Ancienne capitale des Mayas Mams, occupée depuis la fin du préclassique, elle fut assiégée en 1525 par le conquistador Alvarado. Le site archéologique a été pour l’essentiel restauré à l’aide de stuc, sans grand respect des techniques anciennes. Le résultat donne toutefois une idée assez fidèle de la cité telle qu’elle était au sommet de sa gloire : pyramides, terrains de jeu de balle, tribunes de cérémonie…

Todos Santos Cuchumatanes
A 50 km au nord-ouest de Huehuetenango.
Ce village maya mam constitue la principale attraction des Cuchumatanes. Malgré un certain développement du tourisme, il a su conserver un mode de vie typique, comme en témoignent les tenues traditionnelles portées par les hommes et les femmes sans exception. Le costume des hommes est particulièrement original, composé invariablement d’une chemise rayée avec un col brodé, d’un pantalon rayé rouge et blanc et d’un chapeau de paille. Un grand marché se tient le mercredi et le samedi. De belles randonnées sont possibles dans les montagnes avoisinantes, notamment vers San Juan Atitlán. Enfin, le village est célèbre dans tout le pays pour sa fête de la Toussaint, particulièrement extravagante.

Les courses de Todos Santos
La Toussaint constitue le rendez-vous le plus préparé et le plus attendu par tous les villageois de Todos Santos. Les festivités battent leur plein pendant toute la semaine précédant le 1er novembre, jour de la course de chevaux. Les cavaliers costumés s’élancent à la nuit tombante dans les rues du village, et s’arrêtent régulièrement pour boire des rasades de rhum. Le vainqueur est celui qui reste le plus longtemps sur le dos de sa monture. Ces courses, loin d’être un moment de débauche, sont une source de prestige social pour leurs participants, qui vont parfois jusqu’à s’endetter lourdement pour y participer. Elles se finissent hélas souvent par des blessures, et même des morts, certaines années.

Suivez le guide !
Rendez-vous en taxi à El Mirador, poste d’observation situé à 12 km de la ville, sur les hauteurs, qui offre un panorama superbe l’ensemble de la région.

Chapitre précédent Chapitre suivant